Aller au contenu principal

L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson

Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de moissonneuse dans le colza à Garancières-en-Beauce.

Partout, de grosses machines de toutes les couleurs s'affairent dans les parcelles. Sur les routes, des véhicules s'agacent derrière les remorques. À l'entrée des silos, les files d'attente s'allongent. Dans un village, le cantonnier balaie la chaussée d'un peu de blé versé. Et hélas parfois, à l'horizon, des panaches de fumée sombre tentent de rejoindre l'azur… Il fait chaud, c'est la ­moisson.

Le chant du colza

Quand le colza chante, c'est qu'il est bon à battre. Comme sur cette parcelle de Garancières-en-Beauce ce 8 juillet. Depuis le début du mois, du sud au nord de l'Eure-et-Loir, dans un tonnerre de poussière, les parcelles de cultures d'hiver tombent les unes après les autres.

Ainsi, dans ce colza, Pascal Laya s'applique sur les bords de la parcelle à faire trois tours pour commencer : « J'aime bien avoir de la place. Et puis, même s'il y a moins de risque dans le colza, on serre toujours les fesses à cause du risque d'incendie. On fait attention au sens du vent, on déchaume aux abords des habitations », relève-t-il.

Si la coupe fait apparaître des tiges un peu vertes, le grain est bien mûr. « Et à ce que je vois, ça à l'air de bien donner », estime-t-il. Cependant pour lui, le rendement de cette culture dont les prix ont atteint des sommets, n'a pas vraiment d'importance. En effet, il bat la parcelle d'un ami dont la machine est en panne : « C'est dans le cadre de l'entraide, un service en entraîne un autre ».

Pascal Laya estimait pouvoir venir à bout de ces douze hectares dans la journée mais il devra revenir le lendemain… avant d'attaquer sa propre récolte.

Dans quelques jours, nous saurons ce que la plaine avait dans le ventre cette année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité