Aller au contenu principal

Ovins
Des brebis conduites à l'herbe

Les fêtes de Pâques ont l'agneau pour symbole. C'est l'occasion de rendre visite à Louis-Xavier de Laage, éleveur à Pierrefitte-sur-Sauldre, en Loir-et-Cher.

Louis-Xavier de Laage est agriculteur et éleveur d'ovins allaitants depuis 2016. Installé à Pierrefitte-sur-Sauldre, sa production est orientée vers les agneaux de boucherie.

Il dispose de 400 brebis berrichonnes du Cher croisées suffolk. Une partie de sa production est tournée vers la sélection génétique de moutons de race solognote pour l'organisme de sélection agréé Geode.

Ainsi, son cheptel est composé de 600 brebis. Il valorise 160 hectares quasiment d'un seul tenant à Montfranc, dont 130 hectares d'herbe.

600 brebis pâturent 130 ha

« Au départ, j'utilisais un système en bergerie, une gestion des agnelages en bâtiment, je désaisonnais les mises bas. Mais très vite, j'ai eu la volonté de développer un système en herbe, pour maintenir mes brebis au pâturage toute l'année », explique l'éleveur.

Sa conduite à l'herbe s'inspire du système néo-zéolandais. « Je voulais développer ce système qui permet de rationnaliser mon temps de travail : mes brebis s'alimentent uniquement d'herbe, sauf en cas de sécheresse. Le parcellaire est découpé en petites parcelles et je les change de parcelle tous les jours. Chaque parcelle est au repos quarante jours », précise Louis-Xavier de Laage.

Côté parasitisme, l'éleveur fait faire des coprologies tous les mois. « Je n'ai quasiment plus de parasitisme depuis que ce système est en place », pointe-t-il.

Selon l'éleveur, le système nécessite une surveillance accrue et des clôtures de qualité : « Nous avons une grosse pression des renards sur les agneaux. Je fais un travail génétique important sur le troupeau, dès que les agneaux naissent, il faut tout de suite les boucler pour garantir leur génétique ».

Les agneaux de boucherie sont vendus à 120 jours à l'abattoir Limovin. Ils vivent les 60 premiers jours de leur vie dehors, puis sont rentrés 60 jours en bergerie pour le finissage. Les agneaux de race solognote quant à eux sont vendus en sélection génétique à l'âge de 8 mois.

« Tout le monde est moins stressé, l'éleveur comme les brebis ! Je ne dis pas que c'est le système parfait car cela ne fait que deux ans que je l'expérimente. Mais pour le moment, j'en suis très content », conclut Louis-Xavier de Laage, enthousiaste.

L'émission Midi en France est allée à la rencontre du jeune éleveur en 2017. Il y présente les races solognote et berrichon du Cher.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité