Aller au contenu principal

Des centaines de personnes à la Cuma de la vallée du Loir

Le 24 juin, la Cuma de la vallée du Loir a ouvert ses portes aux agriculteurs, comme elle le fait depuis plus de vingt ans.

Depuis plus de vingt ans, la Cuma de la vallée du Loir à Saint-Martin-des-Bois (Loir-et-Cher) ouvre ses portes au public, aux élèves de lycée agricole et à ses adhérents.

Cette année, les portes ouvertes se sont déroulées le 24 juin et ont reçu deux cents à trois cents personnes dans la journée.

Comme le veut la tradition, elle propose une distribution d’huile en vrac grâce à son partenariat avec l’entreprise Avia : douze mille litres sont distribués par un camion sur la journée.

Avec 305 adhérents et un parc matériel de plus d’un million d’euros, la Cuma de la vallée du Loir est la plus importante du département.

« Nous faisons du triage à façon, nous avons un atelier destiné aux adhérents et à l’entretien de leur matériel, un chauffeur à temps plein, une secrétaire, des saisonniers… Le chauffeur est mis à disposition des adhérents, avec ou sans matériel, de même pour les communes de moins de 3 500 habitants », explique Gilles Souriau, président de la Cuma.

Cette journée portes ouvertes est aussi l’occasion de partager un moment convivial autour d’un déjeuner et de mettre en avant les fournisseurs locaux et concessionnaires partenaires : présentation de matériels agricoles, d’offres de services, d’outillages…

La chambre d’Agriculture du Loiret était également présente pour promouvoir l’utilisation du drone avec un capteur Multispec créé par l’Inra et Airinov. « Cet outil permet de mesurer les besoins en azote pour le colza et le blé mais aussi pour la détection des dégâts de gibier », souligne le technicien Gilles Papet. Actuellement, une expérimentation est en cours concernant un usage pour repérer les adventices.

Dans la région, les chambres d’Agriculture d’Eure-et-Loir, du Cher et du Loiret possèdent un drone.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité