Aller au contenu principal

Don
Des chênes du Centre-Val de Loire pour Notre-Dame de Paris

Jeudi 11 mars, un abattage de chênes a eu lieu en forêt d’Orléans afin de reconstituer la flèche de Notre-Dame.

Mille chênes, soit 3 000 m3, vont être offerts par les propriétaires forestiers à Notre-Dame de Paris. Les arbres seront choisis à travers toute la France en fonction de leurs dimensions.

Christophe Poupat, directeur de l’agence Val de Loire pour l’Office national des forêts (ONF), explique le processus de sélection, débuté mi-janvier : « L’établissement public de Notre-Dame nous a transmis un cahier des charges avec les critères des arbres recherchés. Nos équipes de l’ONF sont allées sur le terrain afin de déterminer les tiges candidates. Nous avons fait remonter cette sélection mi-février et un retour nous est parvenu une quinzaine de jours plus tard. Les abattages se font durant la première quinzaine de mars. »

Le premier arbre abattu ce jeudi 11 mars a été retenu en raison de sa droiture particulière, sa bonne rectitude et son diamètre. Seuls des chênes sont sélectionnés.

Chêne Notre-Dame
Le première chêne abattu en forêt d'Orléans pour Notre-Dame mesure 21 mètres de haut.

Si les abattages ont lieu aussi rapidement, c’est pour assurer les délais imposés par le Président de la République. En effet, pour une reconstruction en 2023, il faut récolter le bois dès à présent, avant la montée de sève.

Éric de La Rochère, délégué général de Fibois CVL, nous détaille ce phénomène : « Les arbres doivent être récoltés hors sève pour optimiser le séchage et la préservation du bois. Il faut donc les couper avant le printemps pour que Notre-Dame conserve sa flèche durant 800 ans, comme cela a été le cas pour la précédente. »

Le professionnel explique que l’abattage de ces chênes ne représente pas de risque pour la biodiversité de la forêt. Au contraire, les chênes récoltés à maturité laissent la place à de jeunes chênes, mieux adaptés aux nouvelles conditions climatiques.

Chêne Notre-Dame
Éric de la Rochère, délégué général à Fibois CVL, Michel Druilhe, président de France Bois-Forêt et Christophe Poupat, directeur de l’agence Val de Loire pour l’Office nationale des forêts.

« Sur cette parcelle, il y a des centaines de milliers de chênes déjà présents, précise Christophe Poupat en pointant du doigt la parcelle où le chêne vient d'être coupé. C’est une fierté de contribuer à cette opération. Cet arbre a 200 ans, il est le fruit du travail de plusieurs générations de forestiers. Nous sommes fiers de le valoriser. »

« Un chêne vit entre 250 et 300 ans mais pas 800 ans. Il a capté du CO2 durant 200 ans et ce CO2 sera maintenu dans la flèche de Notre-Dame. Cette action prolonge l’effet bénéfique environnemental de la forêt », conclut-il.

+ d'infos

La forêt en CVL couvre 990 000 ha, soit ¼ du territoire. Elle se hisse à la 6e place des régions les plus boisées de France. Elle est peuplée à 87 % de feuillus et le chêne représente 61 % de la surface forestière.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité