Aller au contenu principal

Des efforts sur la chasse du sanglier mais l’interdiction du broyage en retour

La Fédération des chasseurs d’Eure-et-Loir a organisé son assemblée générale annuelle le 6 avril à la chambre d’Agriculture à Chartres. Son président, Jean-Pierre Moktar, a fait part de ses satisfactions et de ses frustrations.

Le 6 avril, à Chartres. Lors de son assemblée générale, le président de la Fédération des chasseurs d’Eure-et-Loir, Jean-Pierre Moktar, a réclamé une interdiction des broyages des bords de champs en période de reproduction du petit gibier.

« Présider cette fédération est source de grandes satisfactions, de quelques frustrations et de beaucoup d’espoir », a déclaré le président de la Fédération des chasseurs d’Eure-et-Loir, Jean-Pierre Moktar, lors de son assemblée générale annuelle, le 6 avril à Chartres.

Au chapitre des satisfactions, il a souligné les actions menées en faveur de la perdrix grise sur les territoires en 2017. « 17 500 oiseaux ont été réintroduits sur 60 000 hectares, nos opérations de repeuplement sont un indéniable succès », a-t-il noté, soulignant la qualité de ces oiseaux et le doublement des peuplements sur les territoires de réintroduction.

Son deuxième motif de satisfaction est la démultiplication des actions éducatives grâce à la création du sentier pédagogique (au château de Chenonville, NDLR).

Pour accroître cette offre, la fédération déploiera de nouveau outils cette année. « Mais nos capacités d’accueil sont limitées. Cette incapacité à répondre à l’ensemble des demandes constitue ma première frustration », a relevé Jean-Pierre Moktar, précisant : « Nos demandes de soutien financier pour l’aménagement d’un préau d’accueil et d’un musée de la faune sauvage sont restées lettre morte ».

Il fonde des espoirs sur la nouvelle gouvernance départementale...

« Mon deuxième sujet de frustration concerne les dégâts, a poursuivi Jean-Pierre Moktar. Si la hausse des prélèvements de sanglier est une source de satisfaction pour les chasseurs du département, il faut accroître les possibilités de prélèvement et revoir nos pratiques de chasse. J’ai demandé aux adhérents de valider une proposition d’harmonisation des procédures de chasse du sanglier entre le 1er juin et l’ouverture générale. Ainsi, durant cette période dérogatoire destinée à limiter les dégâts aux cultures, les sangliers pourront être chassés sans limite de poids ni quota. C’est une avancée majeure faite par les chasseurs pour répondre aux attentes des agriculteurs. »

Espérant que ces mesures satisferont les responsables agricoles qui l’ont alerté sur ce point, Jean-Pierre Moktar a déclaré, haussant un peu le ton : « Si un certain nombre d’agriculteurs sont irrités par les dégâts, l’ensemble des chasseurs ne supporte plus les broyages le long des chemins et des parcelles en pleine période de reproduction de la petite faune de plaine ».

Ajoutant : « Je plaide pour une interdiction totale des broyages sur une période significative, juste retour sur l’avancée notable que nous avons faite sur la chasse du sanglier ».

Ensuite, le président de la fédération a fait part de deux dernières frustrations. La première sur la gestion du cerf, pointant notamment les déplacements de l’animal qui rendent difficile la réalisation de certains plans de chasse. La seconde concerne le lièvre. En effet, en dépit de la baisse des prélèvements, « les résultats escomptés tardent à venir ». Il espère un printemps favorable à la reproduction du petit gibier.

Enfin, Jean-Pierre Moktar fonde beaucoup d’espoir concernant les réformes portées par la fédération nationale avec notamment la mise en place d’un permis national à 200 euros, afin de rendre la chasse plus accessible sur l’ensemble du territoire.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson série 8S sont arrivés
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson de la série 8S sont arrivés dans les différentes bases des établissements Allezy.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité