Aller au contenu principal

Des expérimentations sur l’entretien agroécologique des vignes

Un projet du Groupement de développement viticole en Loir-et-Cher (GDDV 41) sur les entretiens agroécologiques des sols viticoles de Touraine vient d’être validé. Des expérimentations se dérouleront jusqu’en 2019.

Le Groupement de développement viticole de Loir-et-Cher (GDDV41) compte deux cents viticulteurs adhérents dont vingt sont impliqués dans ce projet agroécologique. L’agroécologie est une forme d’agriculture qui vise les performances économiques, environnementales et sociales.

Ce projet va permettre de tester les modes d’entretien du sol les plus adaptés aux différents terroirs de vignes pour allier rendement et qualité du produit. Un travail qui se déroulera sur trois ans et qui a été déposé sous la forme d’un Groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE).

La fertilité des sols sera entretenue de façon non chimique par des « engrais verts », une culture semée entre rangs en août et détruite en mars et permettra aussi une meilleure vie du sol.

« En 2016, nous travaillerons en juillet-août sur des semis d’engrais verts à base de légumineuses et crucifères, déjà utilisés depuis plusieurs années en expérimentation », explique Alice Durand, conseillère viticole à la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher en charge du GDDV 41 et du projet GIEE avant d’ajouter : « L’utilisation d’engrais verts n’est pas encore développée sur le Loir-et-Cher mais nous allons nous appuyer sur l’expérience de certains viticulteurs qui la pratiquent. »

De même, la réaction de la vigne sera observée sur plusieurs années pour observer les effets sur sa vigueur et son niveau de rendement.

Le projet implique vingt viticulteurs bio et conventionnels mais aussi le groupe Dephy viti 41 qui compte des vignerons volontaires pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires.

Un groupe Facebook a également été créé pour permettre aux viticulteurs d’échanger plus facilement. « Les viticulteurs qui testent un matériel particulier peuvent facilement le filmer avec leur téléphone et poster la vidéo et le commentaire en quelques clics pour le partager avec les autres viticulteurs », souligne Alice Durand.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité