Aller au contenu principal

Fenaison
Des fourrages en bonne quantité

Les agriculteurs se sont dépêchés, la semaine dernière, de rentrer les foins avant que n'arrive la séquence d'orages prévus. La récolte s'avère très correcte.

Mercredi 16 juin, à Huisseau-sur-Cosson. Vincent da Silva s'affairait à rentrer les ballots de foin avant les orages.
Mercredi 16 juin, à Huisseau-sur-Cosson. Vincent da Silva s'affairait à rentrer les ballots de foin avant les orages.
© M.-H.D.

En cette période intense de fenaison et d'orages, les agriculteurs s'activent dans les champs, histoire de ne pas gâcher leur récolte de foin. Certains, comme cet exploitant de Muides, ont accéléré le rythme la semaine dernière pour tout rentrer, avant que les premières gouttes de pluie ne tombent. Vincent da Silva, installé à ­Huisseau-sur-Cosson, a préféré récolter en deux temps, ne craignant pas que les intempéries abîment le foin.

Sur les 50 hectares dont il dispose, ce jeune agriculteur a rangé la moitié de ses balles dans son exploitation. « Je laisse passer l'eau, quand ce sera fini, je ferai le reste, ce n'est pas dérangeant », explique-t-il avec sérénité, convaincu qu'il ne « perdra pas en qualité ». Il lui restera alors une semaine et demie de travail.

Quant à la qualité et la quantité de foin, « c'est correct sur mon secteur pour cette année. Les rendements sont bons car, en mai, il est tombé 120 mm d'eau, c'est suffisant pour une bonne récolte. Mais sur le département, je sais que certains secteurs ont eu moins d'eau, les rendements ne doivent pas être pareils ».

Niveau qualité, les 25 vaches allaitantes limousines et les 64 taurillons destinés à l'engraissement de l'exploitation devraient apprécier leurs repas d'hiver. « C'est une herbe jeune et tendre », précise l'éleveur.

Pour l'instant, Vincent ne craint pas la sécheresse, d'autant plus qu'en avril l'ensilage de l'herbe avait déjà atteint un niveau suffisant en qualité et en quantité. « Pour ma part, j'ai des stocks suffisants mais c'est toujours aléatoire », tempère le jeune homme. Dans un mois, ce sera au tour de la paille.

Des rendements en hausse

La récolte de foin affiche de forts rendements cette année, dans le département. « Il y a 15 à 20 % de plus par rapport à la moyenne habituelle », confirme Élodie Mauller, conseillère lait fourrages à la chambre d'Agriculture. Les pluies de début mai auraient contribué à cette hausse de rendements, tout comme la fauche décalée par ces intempéries.
Quant à la qualité, le fait que la récolte est importante « n'est pas forcément bon signe, avertit ­Élodie Mauller, mais nous en saurons plus dans un mois, quand les analyses seront effectuées ». Quant aux variétés de plantes qui auraient donné de bons résultats, « je n'en ai pas d'échos, il s'agit surtout de prairies naturelles ».
Pour l'instant, les agriculteurs doivent surtout rester vigilants sur le taux d'humidité dans leurs bottes de fourrage, d'autant que « leur poids est plus important cette année ». De nombreux agriculteurs ont ramassé avant le début des orages, néanmoins, le temps avait été très lourd et donc humide, il faut surveiller la température des bottes, le mieux étant de le faire avec une sonde. Pour ceux qui n'avaient pas encore rentré les fourrages, il est important de bien laisser sécher sur place, dans les champs. Si des bottes doivent être rentrées encore humides, « le mieux est de les stocker sous un hangar et de les placer côte à côte, mais il n'y a généralement pas assez de place », reconnaît la conseillère.

 

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité