Aller au contenu principal

Des moissonneuses-batteuses polyvalentes chez Deutz-Fahr

Le fabricant allemand Deutz-Fahr propose trois gammes de moissonneuses-batteuses, adaptées à des besoins différents en fonction des clients et de leurs exploitations. Les Établissements Nouvellon, à Bouville (Eure-et-Loir), font un tour d'horizon.

Deutz-Fahr propose trois gammes de moissonneuses-batteuses qui répondent à des besoins différents en fonction des exploitations : C6000, C7000 et C9300. Tour d'horizon avec Rémi Nouvellon, gérant des Établissements Nouvellon à Bouville (Eure-et-Loir). « Les dernières versions des gammes sont sorties il y a trois, quatre ans. Ce sont des machines qui allient simplicité, fiabilité. Le moteur Deutz a toujours été réputé pour avoir une faible consommation en gazole, 10 à 15 % de moins que les autres machines équivalentes », explique le gérant.

C6000, polyvalente et accessible

La première gamme de moissonneuses-batteuses de Deutz est la C6000. Polyvalente, cette machine est adaptée aux exploitations moyennes et avec un budget maîtrisé. « Elle convient aux clients qui cherchent un produit simple, fiable, accessible à tous. C'est une machine qui est appréciée sur les fermes d'élevage car elle garde bien les pailles », détaille Rémi Nouvellon. Équipée d'un moteur de 230 chevaux, de cinq secoueurs et d'une trémie de 7 000 litres, elle est adaptée pour les exploitations de 100 à 150 hectares. Sa barre de coupe allant de 4,20 à 5,40 mètres permet de répondre « au client qui veut rester autonome, sans achat en commun ou en Cuma », souligne-t-il. Les réglages sont mécaniques mais elle peut être garnie de toute la technologie du moment (GPS, guidage, degré d'humidité, capteur de rendement…). « D'un bon rapport qualité-prix, il est possible d'avoir une machine neuve au prix d'une occasion avec une garantie », pointe-t-il.

C7000, gamme intermédiaire plébiscitée

Au cœur de l'Eure-et-Loir, la C7000 est le modèle le plus vendu à la concession. Plus poussée que sa petite sœur de gamme, ses réglages sont électriques et réalisables depuis la cabine. La barre de coupe va de 4,20 à 7,20 mètres, le moteur Mercedes Stage V déploie 310 à 381 chevaux. Le confort en cabine est supérieur, cette dernière est plus spacieuse. Dans cette gamme, l'agriculteur peut choisir entre cinq et six secoueurs. « Comme la C6000, elle conserve bien la paille. Cette gamme correspond bien pour des exploitations de 200 à 350 hectares », explique Rémi Nouvellon. Elle dispose d'un double batteur à ôtons et d'un turbo séparateur de série. En option, elle peut être dotée de coupes à fond variable, le changement peut être réalisé depuis la cabine. En option, la machine peut être équipée du GPS.

C9300, haute performance

Haut de gamme de la marque, la C9300 est adaptée aux plaines céréalières. Elle dispose d'une grande trémie (10 500 litres), d'une coupe de 9 mètres, et d'un moteur stage V plus puissant que les autres gammes (Mercedes de 353 à 381 chevaux). « C'est la même conception mais avec des capacités augmentées pour des exploitations de plus de 350 hectares. Ce modèle allie simplicité et technicité, le confort est optimisé en cabine », précise-t-il. La machine peut être munie de quatre roues motrices ou de chenilles d'origine et dispose de six secoueurs.

Zoom sur les Établissements Nouvellon

Situés à Bouville (Eure-et-Loir) depuis 2010, les Établissements Nouvellon, entreprise familiale, emploient une dizaine de salariés. Pauline et Rémi Nouvellon en sont les gérants. Benoit Nouvellon passe progressivement le relais à Victor Gaullier, désormais responsable des ventes de matériel neuf.


Cet article fait partie d'un dossier Moissonneuses-batteuses

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité