Aller au contenu principal

Des outils innovants pour plus de sécurisation

Mardi 11 décembre, le Crédit agricole Val de France a organisé une réunion d’information sur le thème : énergies renouvelables et sécurisation à Avaray (Loir-et-Cher). Les startups Irricam et MTS Connexion ont présenté leur innovation.

Tout au long de l’année, le Crédit agricole Val de France a organisé des réunions d’information sur des thématiques en lien avec l’actualité. Le 11 décembre dernier, une cinquantaine de personnes ont participé à celle qui portait sur les énergies renouvelables et la sécurisation, qui s’est déroulée au coin du feu de la Ferme de l’Isle à Avaray.

« Cette journée est l’occasion de montrer que le CA est aux côtés des agriculteurs, en lien avec les évolutions, pour leur proposer des expertises financières et techniques sur les projets éoliens, photovoltaïques, hydrauliques, de méthanisation… », a souligné Guillaume Dedet, conseiller clientèle à Blois.

Julien Doussineau, initiateur et utilisateur quotidien de Irricam a détaillé cet outil d’aide au travail des irrigants : une caméra autonome pour surveiller l’irrigation à distance, via le smartphone ou la tablette, de jour comme de nuit.

« Étant moi-même agriculteur, j’ai cherché à créer une solution pour optimiser le temps de surveillance de mes enrouleurs, qui est souvent improductif, grâce au système connecté sur mon mobile. Chose pratique, utile et facile, mais qui n’existait pas dans le commerce », a-t-il expliqué.

Aujourd’hui, avec Irricam il surveille l’aspersion et l’enroulement en temps réel (image et son), il évite les nombreux déplacements coûteux en temps et en argent et est il vit plus serein son métier de céréalier. D’après lui, le coût de la caméra est amorti sur une année : « j’ai économisé 900 euros en soixante-cinq jours et comme il est facilement démontable, je l’utilise le reste de l’année pour d’autres usages (silo de stockage de céréales, cour de ferme, hangar…) », a-t-il complété.

Matthieu Morisseau, fondateur de MTS Connexion a, lui, présenté son logiciel qui permet de suivre en temps réel les divers objets connectés et en prendre le contrôle à distance : « J’ai fabriqué une interface (personnalisable, ndlr) qui permet de consulter en un coup d’œil de nombreuses données comme la météo, la production d’électricité issue des panneaux photovoltaïques, le cours des céréales ou la température des silos… ».

Vincent Maguet, responsable marché à la caisse régionale, a conclu cette matinée : « Le CA épaule de nombreuses startups, à l’image des deux pépites présentées, pour vous aider à trouver des solutions pragmatiques et ainsi rendre votre métier plus facile ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité