Aller au contenu principal

Des patates douces franciliennes

Depuis quelques années, la production de patates douces se développe en Île-de-France. Guillaume Lenoble, maraîcher diversifié, présente cette culture en plein essor.

L’EARL Lenoble, exploitation maraîchère diversifiée du Domaine de Saint-Leu, à Périgny-sur-Yerres (Val-de-Marne), compte quatre associés, Guillaume Lenoble, son père Didier, sa mère Christine et son oncle Dominique.

Trois autres membres de la famille sont salariés parmi la vingtaine d’équivalents temps plein de la structure. La production s’étend sur 35 hectares, dont 15  % sous abris, et couvre une gamme complète de légumes, vendue à 100  % sur les marchés. « Nous faisons de tout, en proportion des ventes. Les fraises et les tomates, en saison, restent des produits phares », explique Guillaume Lenoble.

Depuis quelques années, 6  000 m2 de patates douces y sont produites, à la suite de la demande de la clientèle et du développement de variétés adaptées au terroir francilien. L\'exploitation bénéficie également du suivi de vendeurs de plants, d’organismes techniques et de la chambre d’Agriculture.

La patate douce est un légume que les clients connaissent et apprécient pour sa saveur sucrée, en particulier les enfants.

Si cette culture est facile à mener, l’implantation et la récolte sont deux étapes délicates et qui nécessitent de la main-d’œuvre.

Le coût du plant est élevé et sa mise en place, courant mai (fin avril au plus tôt et début juin au plus tard en fonction de la météo) prend beaucoup de temps. « Nous n’arrivons pas à mécaniser la plantation qui se fait sur butte. La récolte est également difficile à mécaniser. C’est une production fragile. On la soulève juste à l’aide d’une machine. De plus, elle a lieu de mi-octobre à mi-novembre, donc souvent en période humide. Or, pour optimiser sa conservation, il est préférable de stocker ce légume quand il est sec », explique Guillaume Lenoble qui réalise chaque année des essais variétés.

25  000 à 30  000 pieds sont implantés par hectare. Plus on plante espacé, plus les tubercules sont gros.

La patate douce ne demande pas plus d’eau qu’un autre légume, mais ses besoins sont concentrés au moment du grossissement en août. Un seul ravageur pose problème  : les mulots, en culture et en stockage (à une dizaine de degrés).

Comme pour les autres légumes, les producteurs bénéficient de l’appui technique de la chambre d’Agriculture, d’organismes techniques, voire de semenciers.

En parallèle, depuis six ans de nouveaux légumes ont fait leur apparition ou ont été développés, soit pour répondre à la demande (la pastèque, le melon…), soit en la provoquant comme le radis de couleur.

Laurence Goudet-Dupuis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité