Aller au contenu principal

Des pixels aux cellules

Durant le mois de la photo à Paris, un état de l’art. Cette semaine, la photo vivante.

Considérer la cellule végétale comme un pixel photographique : c’est un des points de départ de la réflexion du collectif ++, un duo composé par un sociologue, Cyril Burget, et un artiste, David Bouchacourt. Poussée à son bout, cette logique conduit à faire de la photo avec des végétaux. Le procédé est assez voisin de la mécanique argentique traditionnelle mais elle n’utilise pas de procédé chimique. Elle se sert des couleurs des plantes, de leur photosynthèse et puis, en automne, de leur sénescence.

Selon les experts, toutes les plantes ne se valent pas pour réussir cette performance. Obtenir une réalisation correcte nécessite un apprentissage et, surtout, des tatonnements permanents. Tout ça pour, finalement, voir disparaître l’oeuvre sous l’actionde l’automne puis de l’hiver. C’est justement ce qui intéresse les deux artistes. Ils prévoient d’exposer à Paris une oeuvre, « affinités électives », pour parler de la disparition, avec l’âge, des images mentales qu’on s’est forgées durant notre vie, avec nos expériences personnelles ou avec notre culture générale. Sur tout un ensemble de feuilles, ils ont photographié les portraits des auteurs, vivants ou morts, auxquels ils se réfèrent. Par exemple, Gréco sur l’image qui illustre cet article.

Ces références constituent leur famille de pensée mais les artistes élargissent leur idée à toute une expérience de vie : « Chacun est amené à sentir au travers de ses rencontres, la force d’une affinité qui s’impose comme la marque d’une élection naturelle. Une attraction comparable à l’attraction des substances phéromonales et dont l’intensité du trouble exprime la nécessité d’un lien familier, à l’image d’une liaison chimique simple, double ou triple », expliquent-ils.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Case IH : la qualité de récolte à tous les niveaux
La 7250 de Case IH est le modèle du constructeur le plus représenté dans la Marne. Cette moissonneuse, nouvelle génération d’…
Les colzas détruits par la grêle à la suite de l'orage du samedi 4 juin 2022.
Grêle : des centaines d'hectares détruits
Marieke et Dominique, David, Christophe, Nicolas… Pour une vingtaine d'exploitants du sud des Yvelines, la journée du samedi 4 …
En mai 2022 à Villeroy. La famille Codron dans la serre de fraises.
Saveurs fruitées à la Fraiseraie de l’étang
Depuis quatre ans, la famille Codron, à Villeroy, s’est diversifiée dans la production de fraises, et plus récemment de…
En fin de rencontre, les ministres sont repartis avec des fraises de ­l'exploitation Les Marais.
Sécheresse : trois ministres en déplacement dans le Loiret
La Première ministre, la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, ainsi que le ministre de l'…
L'Ideal 7 bénéficie d'une largeur de 3,50 m au transport même équipée de pneus de 800.
Fendt Ideal 7 : une moissonneuse "qui tient ses promesses"
« Plus de puissance, plus de débit, plus de confort », ce sont les mots de Fendt pour définir la gamme Ideal, lancée en 2017.…
Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, revient sur la saison de fraises vécue par la coopérative qui regroupe vingt-trois exploitants.
Les fortes chaleurs ennemies des fraises
Rencontre avec Franck Guilloteau, président du Cadran de Sologne, coopérative qui rassemble 23 exploitants à Fontaines-en-Sologne…
Publicité