Aller au contenu principal

FDSEA 77
Des réponses rapides demandées à la députée Vilgrain

La députée Juliette Vilgrain a échangé avec des agriculteurs de sa circonscription le 6 mai sur l’exploitation de Benoit Clavelou à Bagneaux-sur-Loing.

Bagneaux-sur-Loing, lundi 6 mai. En préambule aux échanges avec Juliette Vilgrain, Benoit Clavelou a présenté ses installations dédiées aux pommes de terre.
Bagneaux-sur-Loing, lundi 6 mai. En préambule aux échanges avec Juliette Vilgrain, Benoit Clavelou a présenté ses installations dédiées aux pommes de terre.
© L.G.-D. - Horizons

Installé sur l’exploitation familiale à Bagneaux-sur-Loing, Benoit Clavelou a reçu lundi 6 mai, aux côtés de ses collègues agriculteurs de la circonscription, la députée Renaissance Juliette Vilgrain, alors que le sud-Seine-et-Marne s’est fortement mobilisé lors des actions syndicales en début d’année.

Sur cette exploitation de 197 hectares de polyculture (blé, betteraves, orge et pommes de terres), la nouvelle députée — elle a succédé à Frédéric Valletoux à la suite de sa nomination au gouvernement en février dernier — a échangé durant plus de deux heures sur les sujets d’actualité. Les maires de Bagneaux-sur-Loing et Faÿ-lès-Nemours, Claude Jamet et Christian Peutot, étaient également présents.

Alors que la production de pommes de terre occupe près des deux tiers du temps du duo mère-fils à la tête de l’EARL, en raison notamment de l’importance des manipulations et du temps dédié à la vente (à la ferme, au marché de Nemours et auprès de revendeurs, restaurateurs), la députée a visité l’ensemble des installations de tri, préparation des commandes et des frigos, l’occasion de rappeler qu’ils n’utilisent plus d’anti-germinatif, preuve des efforts faits en matière environnementale.

« Le gouvernement a la volonté de ne plus interdire sans solution. Votre message a été bien compris durant les manifestations et il va falloir regarder le sujet de près pour tenir les promesses », a souligné Juliette Vilgrain avant de préciser : « On n’interdit plus en France ce qu’on n’interdit pas ailleurs en Europe ». Un message difficile à entendre alors que les betteraviers sont confrontés à une explosion des populations de pucerons et que les moyens de lutte sont très limités. « J’ai une parcelle suivie par l’ITB. Je suis abasourdi par les résultats des comptages hebdo ou bi-hebdomadaires. Le Teppeki est autorisé une fois par an, le Movento uniquement trois mois. J’ai déjà grillé une première carte suivie d’un second passage six jours après avec une action choc. On en arrive à faire n’importe quoi tout en restant dans la légalité. C’est un non-sens écologique », a noté un des participants.

Autre absurdité : la coopérative a investi 80 000 euros pour des groupes froids pour le non-traitement des grains après récolte, une exigence des clients français. D’une part, les groupes froids nécessitent de l’énergie pour fonctionner à une période de pic de chaleur généralement, et à l’export, les grains doivent être traités car ils ne veulent pas d’insectes, de charançons.

Outre les non-sens environnementaux, les contraintes administratives, les quotas d’eau sur la nappe de Beauce qui restent stables malgré des précipitations plus importantes, les dégâts de pigeons, etc. sont autant de sujets qui ont été abordés, tout comme les difficultés des bio avec un message : « Sauvez les bio et arrêtez les conversions à tout va ».

« Les indicateurs et signaux venant du haut ne sont pas favorables. Vous êtes sur le terrain. On vous croit, mais on a besoin de réponses rapides », ont insisté les présidents de canton présents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Publicité