Aller au contenu principal

Des variétés résistantes pour lutter contre la jaunisse du colza

Terres Inovia s’est réuni le 24 janvier à Orléans pour sa réunion technique régionale.

Dans le cadre de sa réunion technique régionale qui s’est tenue à Orléans jeudi 24 janvier, Terres Inovia a fait le point sur l’actualité technique des cultures oléagineuses et protéagineuses. C’était aussi un moment d’échanges entre professionnels.
Durant la journée, les intervenants de Terres Inovia ont pris la parole pour évoquer plusieurs sujets comme la jaunisse sur colza transmise par les pucerons. Avec le retrait des néonicotinoïdes au 1er septembre, seule solution utilisable pour lutter contre le puceron vert résistant à de nombreux insecticides, l’arrivée de variétés de colza résistantes à la jaunisse suscite un grand intérêt. « Comment intégrer ces variétés dans une stratégie de lutte au champ ? Qu’est ce que ces variétés apportent ? », a lancé Laurent Ruck, de Terres Inovia.
« La jaunisse sur colza est transmise exclusivement par un puceron (Myzus persicae) qui est très polyphage et mobile. Il va coloniser très rapidement un grand nombre de plantes », indique-t-il.
Lorsqu’une variété sensible est infectée ou présente des symptômes, son rendement est affecté. Pour réduire le risque de contamination, il faut utiliser des variétés résistantes. Terres Inovia a réalisé neuf essais durant deux campagnes. « L’essai a néanmoins montré qu’il n’y a pas de gain de rendement lié à la protection insecticide de la variété résistante Architect, même si le pourcentage de plantes infectées et la charge virale sont plus faibles pour Architect que pour la référence sensible, a assuré l’intervenant. Cette variété résistante ne l’est pas aux mosaïques que l’on peut rencontrer sur colza. La mosaïque est bien plus nuisible que la jaunisse. »


Une solution ponctuelle
Pour l’automne 2019, une solution a été trouvée. L’extension d’usage de Teppeki sur colza et moutarde, effective depuis le 21 décembre dernier, permettra de protéger les colzas contre tous les pucerons et les viroses à l’automne prochain. Néanmoins, une seule application de 0,100 kg par hectare et par an est autorisée.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité