Aller au contenu principal

Deux chambres planchent sur la valorisation de la biomasse

Les chambres d’Agriculture et de Commerce d’Eure-et-Loir ont organisé leurs 9es Universités du soir sur le thème de la valorisation industrielle des productions végétales.

Le 12 décembre, à Chartres. Une table ronde à réuni cinq porteurs de projets lors des 9es Universités du soir consacrées à la valorisation industrielle de la biomasse agricole.

« La chambre n’a pas les compétences sur tout, mais nous pouvons activer notre réseau », a signalé la conseillère diversification de la chambre d’Agriculture, Aurélie Toutain, lors de son intervention au cours des Universités du soir, le 12 décembre.

Cette neuvième édition, consacrée à la valorisation industrielle de la biomasse agricole, a été organisée en collaboration avec la chambre de Commerce et d’Industrie, les deux chambres ayant créé il y a tout juste dix ans la mission Bioproduits. Celle-ci deviendra en 2010, le cluster Valbiom Centre avant d’intégrer en 2014, le Centre européen d’entreprises et d’innovation (CEEI) au sein de la CCI.

C’est après avoir entendu les propos du fondateur du Club des bio-économistes, Claude Roy, lors d’un colloque en 2005, que tout à commencé ici.

C’est lui d’ailleurs qui a ouvert ces Universités, replaçant les agro-matériaux dans le contexte actuel.

Cela fait donc dix ans, que la valorisation de la biomasse agricole par des procédés industriels, dans le but de substituer les agromatériaux à ceux issus de l’industrie pétrochimique, est une réalité en région et particulièrement en Eure-et-Loir.

Dès lors, il a fallu « sensibiliser les entreprises, les accompagner, détecter les porteurs de projet, rechercher des financements, animer et développer le réseau », comme l’a rappelé à son tour, le responsable du pôle innovation de la CEEI, Thierry Payot.

Plus de quatre-vingt projets ont été accompagnés depuis le début de cette aventure par Valbiom et une quinzaine rien que cette année dans le département.

La troisième partie de ces Universités du soir à été consacrée à une table ronde qui a permis de présenter cinq projets déjà bien évolués.

Suzanne Le Thierry a parlé de celui porté avec le Cerib par l’entreprise Rasori.

Basée à Saint-Georges-sur-Eure, celle-ci développe depuis 2014 la fabrication d’Agrobloc qui sont des maçonneries porteuses en béton dans lesquelles des fibres végétales sont incorporées.

Ensuite, un des membres des Chanvriers Blaisois, David Peschard, est venu présenter les projets du groupe de développer une filière industrielle pour transformer du chanvre produit dans la région : achat d’un matériel de récolte et d’une défibreuse industrielle.

Bertrand Ravier a témoigné ensuite des projets des établissements Maillot à Dreux, qui ont breveté un procédé de pyrolyse de la biomasse pour en faire des Biochar qui peuvent être utilisés en construction ou, une fois mychorisés, comme amendement agricole.

Ensuite, l’armurier Vincent Vouzelaud a expliqué ses motivations et ses difficultés pour développer, avec l’université de Rouen, une bourre de cartouche biodégradable : « Nous ne pouvions pas continuer à envoyer dans la nature des bourres qui vont persister des centaines d’années », a-t-il pointé.

Enfin, Clément Ray est venu parler de son projet de développer industriellement une farine à base d’insectes, destinée à l’alimentation animale.

Autant d’exemples qui ont pu donner aux nombreux agriculteurs présents des pistes que les deux chambres sont toutes prêtes à accompagner.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Les agriculteurs ont du cœur et le font savoir
Vendredi 18 décembre, chez Nathalie et Pierre Bot, maraîchers à Saclay (Essonne), de nombreux produits frais d'agriculteurs…
Publicité