Aller au contenu principal

Deux milliards d'euros sur six ans

Le programme d'intervention 2019-2024 de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne se chiffre à 2,270 milliards d'euros. Principaux enjeux : pollution, biodiversité et changement climatique.

© Olivier Joly

L'Agence de l'eau Loire-Bretagne a présenté son onzième programme d'intervention (2019-2024) le 15 janvier à Orléans lors d'une conférence de presse. Président du comité de bassin, Thierry Burlot a fixé les enjeux : « Poursuivre la reconquête de la qualité de l'eau, prendre en compte les restrictions budgétaires et répondre au défi climatique. » L'entité couvre huit mille communes réparties sur trente-six départements, soit 28 % du territoire national, contre 18 % pour Seine-Normandie. Or, les interventions de la première se chiffrent à 350 millions d'euros par an contre 900 millions d'euros pour la seconde. « Nous avons dû nous battre pour faire entendre notre voix ! Nicolas Hulot avait proposé une péréquation nationale entre les différentes agences : cela a permis de construire ce programme dans les meilleures conditions. »

Fiscalité écologique : une question centrale
L'élu breton poursuit : « Historiquement, la politique de l'eau était l'une des plus faciles à mettre en oeuvre car de nombreux acteurs finançaient des actions de reconquête sur le territoire avec des aides qui pouvaient atteindre 70 %. Mais les Départements n'ont plus d'argent, l'État doit réduire son déficit et la Région a une compétence limitée : les agences restent les garantes des politiques publiques de l'eau. » Quid de l'Union européenne ? « La qualité de l'eau doit être au centre de la future Pac », répond Thierry Burlot. D'ajouter : « La fiscalité écologique est une question centrale. L'enjeu : aider les territoires les plus faibles et qui apportent le plus à l'environnement. » « Il ne peut pas y avoir de développement économique sans écologie », dit encore Thierry Burlot avant de conclure : « La ressource en eau n'est pas inépuisable et si on la dégrade, on le paiera cher ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Bertrand Petit, président de la FNSEA 28.
« S’engager ensemble en 2022 »
Le président de la FNSEA 28 et le président de la FNSEA CVL présentent leurs vœux pour cette nouvelle année.
Le 9 décembre, à Orléans (Loiret). Le président du groupe Axéréal, Jean-François Loiseau (à d.), et son directeur général, Paul-Yves L'Anthoën, sont revenus sur un exercice 2020-2021 compliqué.
Une campagne 2020-2021 atypique pour le groupe Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal s'est réuni en assemblée générale le 9 décembre à Orléans (Loiret). Retour sur un exercice 2020-2021…
Florent Leprêtre, président de la FNSEA CVL.
Les vœux des présidents
Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, présente ses vœux en cette nouvelle année 2022. Tout comme Didier…
« 2022 : dans l’espoir du retour au bon sens paysan »
Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de…
Vincent Michelet, agriculteur dans le Vendômois, est membre du bureau d'Axéréal.
Tour d'actualité d'Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal a tenu son assemblée générale le 9 décembre. Vincent Michelet, président de la section Grand-Ouest…
Agriculteur en bout de champ.
Recensement agricole de 2020 : premiers résultats pour l’Île-de-France
Les premiers résultats du recensement 2020 sont publiés. L’Île-de-France compte 4 425 exploitations agricoles dont la SAU moyenne…
Publicité