Aller au contenu principal

Apiculture
Deux ruches de l'Esat financées par le Rotary-club d’Orléans

Lancé l’année dernière, le projet apicole de l’Esat de l'APIRJSO* La Couronnerie se poursuit en 2022. Grâce à son action environnementale, le Rotary a souhaité y contribuer en finançant deux ruches.

En avril de l'année dernière, 130 des ruches de l’apiculteur Mathieu Noirot avaient été vandalisées à Courtenay. L’Esat (Établissement et service d'aide par le travail) de ­l'APIRJSO* La Couronnerie, situé à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin, a tout de suite tenu à soutenir l’apiculteur dans le cadre d’un partenariat « gagnant-gagnant ». « Dans un souhait de diversification des animations de l’Esat, je voulais lancer une activité de miellerie et de fabrication de bière, allant même jusqu’à créer une marque propre à l’établissement », explique sa directrice, Sandrine Courtat. L’Esat a alors décidé de louer vingt des ruches de Mathieu Noirot afin de produire 500 kilos de miel par an. Ce délicieux projet est arrivé jusqu’aux oreilles du Rotary-club d’Orléans. Aujourd’hui, l'association a fait le choix de financer deux nouvelles ruches pour l’Esat, augmentant ainsi de 10 % son activité apicole.

Une activité miellerie accessible à tous

En juillet dernier, Mathieu Noirot a donc installé vingt de ses ruches dans les jardins de l’Esat. L’apiculteur gère lui-même la maintenance, accompagné par les travailleurs de l’établissement qui le souhaitent. « Ce partenariat nous a permis de créer une activité supplémentaire au sein de l’Esat », souligne Sandrine Courtat. En effet, sur leur temps de travail, les 104 travailleurs de l’établissement ont le choix de sélectionner une activité de soutien. La miellerie fait désormais partie des activités ponctuelles proposées. Quatre heures par semaine, ils apprennent le fonctionnement d’un rucher et la façon dont un apiculteur doit l’entretenir. Une fois récolté, le miel est conditionné par les travailleurs qui remplissent et étiquettent les pots. L’Esat a baptisé sa marque de miel La Cour-o-miel. Il commercialise également une bière aromatisée nommée L’Hil-o-miel. « Nous nous inscrivons dans un concept économique local en circuit court avec des produits artisanaux et bio », se félicite la directrice.

Si la première production de miel 2021 n’a pas été à la hauteur des espérances, à cause notamment d’une météo défavorable, Sandrine Courtat a bon espoir pour cette année et compte bien accueillir des apiculteurs en herbe de tous horizons. « Nous avons d’ores et déjà fait découvrir notre activité miellerie à des jeunes sourds, ajoute-elle. Nous avons traduit les consignes et explications en langue des signes afin qu’ils puissent appréhender au mieux cette activité ».

L’action environnementale du Rotary

Parallèlement, durant l’été 2021, le Rotary national a monté une opération de vente de rosiers destinée aux communes et aux particuliers. L’objectif : vendre un maximum de rosiers à planter afin d’offrir un maximum d’opportunités nutritives aux abeilles. « Chaque club était invité à vendre des rosiers, précise Jean-Paul Jousset, président du Rotary d'Orléans 2021-2022. Sur la vente de chaque rosier, la marge dégagée servira à acheter des pièges à frelons, des ruches ou encore des graines mellifères afin de les distribuer aux personnes en demande et ainsi favoriser la pollinisation et la préservation d’un bon environnement pour les abeilles. » Le club Rotary d'Orléans a ainsi vendu 144 rosiers aux particuliers et aux communes proches d’Orléans. Ces ventes lui ont permis de récolter 1 000 euros, qui financeront l’achat de deux ruches au profit de l’Esat. De son côté, Mathieu Noirot compte investir dans des costumes pour adultes et pour enfants afin que les travailleurs puissent participer activement à la vie de la ruche. « Nous désirons faire venir des scolaires et ainsi créer un maillage local », conclut Sandrine Courtat.


*Association du patronage de l’institution régionale des jeunes sourds d’Orléans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité