Aller au contenu principal

Histoire
Deux wagons de la Grande guerre à Meaux

Le parc du Musée de la Grande guerre de Meaux (Seine-et-Marne) accueille deux wagons ayant servi lors de ce conflit mondial. L'occasion de mettre en avant le rôle stratégique du rail durant cette guerre.

Tout un symbole. Les deux wagons de la Première guerre mondiale installés à Meaux (Seine-et-Marne), dans le parc du plus grand musée européen dédié à ce conflit, ont été inaugurés le 11 novembre dernier.

Le rail a été un organe stratégique de la Grande guerre. Il a permis de déplacer rapidement les hommes mobilisés dès août 1914, et de ravitailler les troupes en nourriture, en matériels et en munitions.

Ces wagons, appartenant au Musée du génie d’Angers (Maine-et-Loire), ont servi au transport de munitions pour l’un, et de chevaux et d’hommes pour l’autre. Posés sur des rails, ils sont visibles, en accès libre, dans le parc du Musée de la Grande guerre. Leur présence suit le fil rouge de celui-ci : tout faire pour qu’on se souvienne et faire connaître aux nouvelles générations la réalité de ce conflit. Ce type de wagon a également servi lors de la déportation durant la Seconde guerre mondiale. Un événement qui fait écho aux événements tragiques actuels.

Le wagon gris en acier transportait des munitions. Devant lui était placée une pièce d’artillerie lourde. Il était chargé à l’aide d’une grue via le toit. D’une hauteur de 3,5 mètres, il se compose d’un châssis de wagon plat de la ligne Paris-Lyon-Marseille (appelée PLM) et d’une caisse en acier datant de 1916. À l’intérieur, les obus étaient disposés horizontalement dans le sens de la voie. Un convoi militaire comptait 40 à 50 wagons, tirés par une locomotive à vapeur.

Quant au wagon de transport de troupes, il pouvait accueillir 40 hommes et 8 chevaux. Long de 8,40 mètres pour une largeur de 3,80 mètres, il pèse 10 tonnes. La caisse en bois comprenait un toit étanche et des ouvertures latérales qui facilitaient son utilisation, notamment le chargement et le déchargement lors du transport de blessés ou du ravitaillement.

Les visiteurs ne pouvant pénétrer à l’intérieur des wagons, des QR code offrent un accès à des petites vidéos permettant de revivre la vie et le rôle de ces wagons à travers une expérience immersive.

Cette nouveauté complète la visite du musée, offrant une vue d'ensemble sur la Première guerre mondiale. Outre les collections permanentes, des expositions temporaires sont mises en place, comme Les infirmières visible jusqu’au 31 décembre et un parcours sur les pratiques sportives dans l’armée de 1914 à nos jours, en accès libre dans le parc jusqu’au 19 août.

Enfin, le monument américain érigé depuis 1932 sur le site, dont le haut avait subi les affres d’un violent orage, a retrouvé toute sa splendeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
S'abonner
Pour profiter de l'intégralité du contenu de notre site Internet, recevoir votre journal papier dans votre boîte aux lettres…
Jeudi 6 juin, à Illiers-Combray. Le robot Orio de Naïo technologies désherbinant du maïs a été l'un des centres d'intérêt des adhérents de la Scael lors de cet Agricampus.
Un AgriCampus ensoleillé pour les adhérents de la Scael
Le groupe coopératif Scael a organisé son traditionnel Agricampus jeudi 6 juin, sur une plateforme à Illiers-Combray. Plus…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Le 23 mai, à Digny. La Chambre et Terres Inovia, Dominique Delaunay (à d.) et julien Charbonnaud (de dos), ont fait le tour de l'actualité autour du colza et présenté quarante-six variétés.
Colza : l'actualité et quarante-six variétés alignées à Digny
La chambre d'Agriculture, en partenariat avec Terres Inovia, a proposé le 23 mai chez Alexis Bouchard à Digny, une visite de…
Publicité