Aller au contenu principal

Histoire
Deux wagons de la Grande guerre à Meaux

Le parc du Musée de la Grande guerre de Meaux (Seine-et-Marne) accueille deux wagons ayant servi lors de ce conflit mondial. L'occasion de mettre en avant le rôle stratégique du rail durant cette guerre.

Tout un symbole. Les deux wagons de la Première guerre mondiale installés à Meaux (Seine-et-Marne), dans le parc du plus grand musée européen dédié à ce conflit, ont été inaugurés le 11 novembre dernier.

Le rail a été un organe stratégique de la Grande guerre. Il a permis de déplacer rapidement les hommes mobilisés dès août 1914, et de ravitailler les troupes en nourriture, en matériels et en munitions.

Ces wagons, appartenant au Musée du génie d’Angers (Maine-et-Loire), ont servi au transport de munitions pour l’un, et de chevaux et d’hommes pour l’autre. Posés sur des rails, ils sont visibles, en accès libre, dans le parc du Musée de la Grande guerre. Leur présence suit le fil rouge de celui-ci : tout faire pour qu’on se souvienne et faire connaître aux nouvelles générations la réalité de ce conflit. Ce type de wagon a également servi lors de la déportation durant la Seconde guerre mondiale. Un événement qui fait écho aux événements tragiques actuels.

Le wagon gris en acier transportait des munitions. Devant lui était placée une pièce d’artillerie lourde. Il était chargé à l’aide d’une grue via le toit. D’une hauteur de 3,5 mètres, il se compose d’un châssis de wagon plat de la ligne Paris-Lyon-Marseille (appelée PLM) et d’une caisse en acier datant de 1916. À l’intérieur, les obus étaient disposés horizontalement dans le sens de la voie. Un convoi militaire comptait 40 à 50 wagons, tirés par une locomotive à vapeur.

Quant au wagon de transport de troupes, il pouvait accueillir 40 hommes et 8 chevaux. Long de 8,40 mètres pour une largeur de 3,80 mètres, il pèse 10 tonnes. La caisse en bois comprenait un toit étanche et des ouvertures latérales qui facilitaient son utilisation, notamment le chargement et le déchargement lors du transport de blessés ou du ravitaillement.

Les visiteurs ne pouvant pénétrer à l’intérieur des wagons, des QR code offrent un accès à des petites vidéos permettant de revivre la vie et le rôle de ces wagons à travers une expérience immersive.

Cette nouveauté complète la visite du musée, offrant une vue d'ensemble sur la Première guerre mondiale. Outre les collections permanentes, des expositions temporaires sont mises en place, comme Les infirmières visible jusqu’au 31 décembre et un parcours sur les pratiques sportives dans l’armée de 1914 à nos jours, en accès libre dans le parc jusqu’au 19 août.

Enfin, le monument américain érigé depuis 1932 sur le site, dont le haut avait subi les affres d’un violent orage, a retrouvé toute sa splendeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité