Aller au contenu principal

Portrait
Dimitri Beignon, volontaire pour servir

Sapeur-pompier volontaire à Auneau (Eure-et-Loir) depuis son adolescence, Dimitri Beignon est un homme passionné qui a d'abord à cœur de servir les autres.

© H.C.- Horizons

Accaparés par des feux de forêt titanesques, les sapeurs-pompiers ont été sur la brèche durant tout l’été. En Eure-et-Loir, loin des médias, c'est plus prosaïquement qu'ils ont lutté, comme à chaque récolte, contre les feux de champs…

« Je me suis pris au jeu »

Engagé sapeur-pompier volontaire au Sdis* d'Eure-et-Loir à la brigade d'Auneau, Dimitri ­Beignon était sur ce front-là. Et son engagement ne date pas d'hier : « À 13-14 ans, avec des copains, nous nous sommes mis à discuter des pompiers. À la même époque, il y a eu l'ouverture de la section des jeunes pompiers ici. Je me suis dit pourquoi pas moi ? Et je me suis pris au jeu… ».

Il devient sapeur-pompier à 16 ans. « À l'époque, ce n'était pas comme maintenant. Aujourd'hui, on ne décale** que si on a suivi la formation… Dès le début j'ai été confronté à deux grosses interventions, un bébé en souffrance et un jeune de mon âge décédé dans un accident. Ça m'a marqué mais ça m'a mis dans le bain, se souvient-il. Après, c'est génial ».

À 42 ans, Dimitri Beignon est toujours aussi mordu. Il est devenu adjoint au chef de centre et est en charge de la cellule photo du Sdis 28 : « Je fais des photos sur les grosses interventions. Elles ont une utilité pédagogique pour la formation ou la communication ».

Selon lui, le pompier est un généraliste : « Nous faisons du secours à la personne, les feux, les secours routiers et il y a aussi des interventions diverses comme sur les inondations, il y en a de plus en plus. Mais les nouveaux engagés ne font que du secours à la personne, un feu peut être impressionnant », pointe-t-il.

Pompier le soir et un week-end sur trois, Dimitri Beignon exerce aussi le métier de responsable bâtiment technique hygiène et sécurité au CFA Interpro à Chartres. « Mais si je suis bipé, je suis disponible dans les cinq minutes. C'est un engagement. En tant qu'adjudant-chef, je peux partir avec n'importe quel engin. »

En cas d'intervention ou d'astreinte, les sapeurs-pompiers volontaires perçoivent une indemnité : « Mais on ne s'engage pas pour ça. Il y a plus de contraintes que d'avantages. On s'engage par passion et envie de servir ».

Pour Dimitri Beignon : « Il n'y a jamais assez de volontaires. Nous cherchons toujours des personnes stables, de 30 à 50 ans, ayant une carrière professionnelle et l'envie de s'investir dans autre chose ».

De simples mots

« Ce qui me plaît le plus dans ma fonction, c'est le secours routier. Cela demande de la technicité, permet de sauver des personnes et deux interventions ne se ­ressemblent jamais. Mais parfois, on sauve des gens avec de simples mots… ».

Biographie

  • 20 mai 1980 : naissance à Chartres.
  • Novembre 1996 : devient sapeur-pompier.
  • 2007 et 2009 : naissance de ses enfants.

*Service départemental d'incendie et de secours.

**Décaler : partir en intervention.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Terres de Jim, c'est ce week-end à Outarville
Les membres de Jeunes agriculteurs du Loiret et d’Eure-et-Loir se sont unis pour organiser la 8e édition des Terres de Jim, un…
Le 28 juillet, à Theuville. Avec ses 300 poteaux de sept mètres de haut, la houblonnière de Rodolphe et Séverine Pichard se voit de loin. La première récolte est en cours.
En Eure-et-Loir, du houblon bio produit par la ferme de Louasville
Une plantation de houblon est apparue l'automne dernier sur la ferme de Séverine et Rodolphe Pichard à Theuville. La première…
Le 14 septembre, à Viabon. Solenne Thevenet cultive une douzaine d'hectares de courges pour en commercialiser les graines sous la marque Valconie.
Valconie : la petite graine de courge qui monte, qui monte…
Solenne et Rémi Thevenet se sont lancés dans la production de graines de courge à Viabon et ont créé la marque Valconie. Leur…
L'événement s'est terminé avec la remise des prix des différentes compétitions	: moiss-batt-cross, traîne-cul et labour.
105 000 visiteurs aux Terres de Jim en Beauce
Retour en images sur la plus grande fête agricole d'Europe qui s'est tenue cette année dans le Loiret.
À seulement 20 ans, Léa Perthuis a repris l'hiver dernier l'ancien centre équestre Adamo Walti Stable situé à Étréchy (Essonne), qu'elle a renommé Twila Ranch.
Léa Perthuis, 20 ans, à la tête d'un centre équestre
À seulement 20 ans, Léa Perthuis s'est retrouvée propulsée l'hiver dernier à la direction du centre équestre Twila Ranch à…
Les bénévoles JA se sont relayés sur le terrain toute la semaine.
Festival de la terre d'Île-de-France : rendez-vous ce week-end à Saclay !
Le Festival de la terre d'Île-de-France se tiendra ces samedi 10 et dimanche 11 septembre à Saclay (Essonne). L'heure est aux…
Publicité