Aller au contenu principal

[Dossier enseignement] Un bac pro « cheval » pour la MFR

Le sous préfet de l’arrondissement de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), Christian Védélago, s’est rendu à la MFR de Beaumont-les-Autels, qui peine a obtenir l’autorisation d’ouvrir un bac pro CGEH.

Le 31 janvier, à Beaumont-les-Autels. Le sous-préfet de l’arrondissement, Christian Védélago (à g.), va appuyer la volonté de la MFR d’ouvrir un bac pro « cheval » (CGEH).

« On ne nous donne pas le feu vert pour nous laisser travailler », tempête le directeur de la MFR de Beaumont-les-Autels, Philippe Bois, qui pointe : « on passe des heures à monter des dossiers et personne ne les lit ».

En effet, l’école percheronne a fait une demande auprès de la Région pour pouvoir ouvrir à la rentrée prochaine un bac pro Conduite et gestion des entreprises hippiques (CGEH), en vain.

Alerté, le sous-préfet de l’arrondissement de Nogent-le-Rotrou, Christian Védélago, s’est rendu sur place le 31 janvier pour écouter les arguments de Philippe Bois.

Et ceux-ci ne manquent pas. Déjà, la fusion des différents bacs CGEA en un seul fait que la MFR n’a plus qu’un seul bac à proposer...

D’autre part, le cheval a pris un énorme essor dans le Perche et pour se former les jeunes du secteur devraient se rendre à deux cents kilomètres, en Normandie...

Ensuite, l’école, spécialisée dans l’élevage, n’aura aucune difficulté à assurer cette formation. Le directeur souligne également qu’il y a quelques années c’est bien le conseil régional qui a pour une large part financé la rénovation de l’établissement.

Autre argument, la crise agricole qui dure, freine l’attractivité des formations agricoles, ce bac CGEH pourrait compenser.

Par ailleurs, la chambre d’Agriculture a demandé à la MFR si elle pouvait valoriser une partie de ses locaux à Miermaigne, suite au départ de l’école d’insémination (CEZ). Pour Philippe Bois, ceux-ci feraient un excellent plateau technique pour le bac CGEH. Voire également accueillir le regroupement scolaire du secteur, a suggéré Christian Védélago.

Enfin, la MFR a les moyens d’assumer cette volonté et ne demande pas d’argent.

Cette formation redonnerait un peu d’air à ce poumon économique que constitue l’école percheronne. Le sous-préfet a assuré qu’il appuierait cette demande qu’il juge cohérente.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité