Aller au contenu principal

Du grain de raisin au grain d’orge

Ancien caviste, Guillaume Leclercq fabrique aujourd’hui des bières artisanales de Loir-et-Cher, de la production jusqu’à la commercialisation.

Voilà un peu plus de huit mois que Guillaume Leclercq a lancé son activité à Cour-Cheverny. Et pas n’importe laquelle puisqu’il doit être le seul à produire des bières artisanales en Loir-et-Cher.

La 1515, en référence au couronnement de François Ier, se décline en plusieurs couleurs : blanche, blonde, ambrée, brune et triple. « J’étais déjà dans la bouteille avant ! J’ai travaillé dans le vin pendant douze ans. Avec ce nouveau projet, je suis passé du grain de raisin au grain d’orge », confie Guillaume Leclercq.

S’il a laissé derrière lui la filière viti-vinicole, c’est avant tout par choix. « Me lancer dans le vin aurait été un projet et un investissement plus important. Quand je travaillais dans cette filière, c’était plutôt à la cave et à la vente. Assumer la culture, je ne m’y voyais pas », admet cet ancien directeur de la coopérative viticole de Mont-prés-Chambord.

Avec une brasserie, Guillaume Leclercq retrouve ce qu’il sait et aime faire : la fermentation et la commercialisation.

Après avoir créé sa SARL il y a un an, cet ancien caviste a d’abord procédé à des travaux d’aménagement du bâtiment pour en faire un outil de production, avant de lancer la commercialisation en juillet, sous le nom de « Brasserie Guillaume ». « En gardant simplement le prénom, je voulais renforcer l’idée de proximité qui est la définition même de la bière artisanale. »

Sa matière première provient de la malterie d’Issoudun (Indre) mais le brasseur espère bien un jour pouvoir se fournir directement avec l’orge des producteurs de Loir-et-Cher. « C’est impossible de me fournir directement auprès d’eux car il y a l’étape du maltage. Une idée pourrait être de se regrouper et de créer une malterie à la ferme. »

Même si les projets à long terme sont nombreux (embauche, gamme de bières en fût…), pour l’heure, Guillaume Leclercq cherche à se développer, à étoffer son offre et à remplir ses stocks avant de pouvoir, peut-être un jour, mettre de l’orge de Loir-et-Cher dans la bouteille.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Zoom sur l'association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire
Marie-Christine Ligouis est présidente de l’association des trufficulteurs de Beauce Val de Loire. Elle nous raconte l’histoire…
Publicité