Aller au contenu principal

Du lien et de la proximité recréés avec la gendarmerie

Jeudi 1er octobre, trois conventions ont été signées entre la gendarmerie, les représentants du monde agricole et la préfecture du Loiret, afin de renforcer les liens entre exploitants et forces de l’ordre.

Le 1er octobre, à Chaussy. Plusieurs conventions ont été signées entre la gendarmerie du Loiret, la chambre d'Agriculture, la FNSEA 45, Jeunes agriculteurs et la préfecture, pour prévenir les vols sur les exploitations agricoles.

Face à la recrudescence des agressions d’animaux, des vols de GPS, d’engins, de fioul ou encore d’outillages, mais aussi face à la multiplication des dégradations ou intrusions de militants antispécistes dans certains élevages, le monde agricole et le groupement de gendarmerie départementale du Loiret unissent leurs forces à travers la mise en place d’un nouveau partenariat.

La chambre d’Agriculture du Loiret, la FNSEA et Jeunes agriculteurs ont formalisé ce partenariat au travers de trois conventions signées avec la gendarmerie et la préfecture, le 1er octobre sur l’exploitation de Jean-Michel Béchu à Chaussy.

« Tout le monde le sait : au-delà du vol, il y a aussi un traumatisme », a rappelé Patrick Langlois, président de la FNSEA 45, avant de faire remarquer : « On a perdu le lien avec les gendarmes. Ce partenariat est aussi là pour le ramener car beaucoup débarquent de la ville et ne connaissent pas le milieu agricole. À nous de leur expliquer les tenants et aboutissants ».

Au-delà de « ramener du lien », ces conventions prévoient notamment : la mise en œuvre d'un dispositif d'alerte et d'information (alerte SMS) ; la mise en place d'un dispositif « Agriculteurs vigilants » ; et le lancement d’une opération « Tranquillité agricole » transposée de l'opération Tranquillité vacances.

« Nous sommes le 25e département à conclure cette convention et je m’en réjouis, a annoncé le préfet Pierre Pouëssel. Le contact s’est peut-être un peu perdu en milieu rural, mais la proximité avec les concitoyens est dans l’ADN de la gendarmerie. Cette convention en est l’illustration ».

L’agriculteur hôte, Jean-Michel Béchu, victime de plusieurs vols sur son exploitation, notamment des GPS et du fioul — pour un montant de 15 000 euros —, voit ce partenariat comme « un signe positif ! Il y aura plus de surveillance comme ça se faisait par le passé et ça sera beaucoup mieux ». Lui qui dort moins bien depuis cette intrusion voit d’un bon œil le dispositif Agri-vigilants, qui permet aux agriculteurs adhérents de signaler à la gendarmerie, en appelant le 17, toute situation jugée anormale.

« Une meilleure circulation des informations est bénéfique pour tout le monde, a insisté l'adjudant référent sûreté, François Touffet. L’objectif est d’informer et impliquer les agriculteurs dans un réseau de coproduction de sécurité selon le mode d’action global : sensibiliser, observer, alerter ».

Piloté par la chambre d'Agriculture du Loiret, le système d'alerte SMS est en cours de lancement et permettra d’avertir les agriculteurs inscrits de certains faits de délinquance, cambriolages, escroqueries, incivilités et dégradations commis sur leur secteur. Enfin, l'opération Tranquillité agricole permettra aux exploitants de prévenir les brigades locales de leur départ en vacances, pour davantage de surveillance.

Depuis le mois de septembre et jusqu’à début novembre, la FNSEA 45 organise avec la gendarmerie des réunions d’information et de sensibilisation au sein des exploitations du Loiret. Mesures pour dissuader ou retarder les malfaiteurs, identification des points de vigilance à prendre en compte… Autant de recommandations tirées de l’expérience de la gendarmerie et du témoignage de victimes. Les agriculteurs qui souhaitent bénéficier de cette expertise gratuite sont invités à prendre contact avec la brigade de gendarmerie la plus proche de chez eux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Alexandra Laurent-Claus présente sa gamme de produits cosmétiques au lait d'ânesse, présentée dans sa ferme.
Alexandra Laurent-Claus et ses savons au lait d'ânesse
Alexandra Laurent-Claus est une jeune éleveuse qui fabrique des produits cosmétiques à base de lait d'ânesse. Dynamique et…
L’assemblée générale de la FAV 41 s’est déroulée le 23 octobre à Monthou-sur-Bièvre dans le respect des règles sanitaires : port du masque, distanciation physique et absence de moment convivial à la fin des travaux.
«  Maintenir une viticulture dynamique  »
La Fédération des associations viticoles de Loir-et-Cher (FAV 41) a tenu son assemblée générale le 23 octobre à Monthou-sur-…
Publicité