Aller au contenu principal

Formation
Du monde lundi aux Universités du soir sur la future Pac

La 32e édition des Universités du soir de la chambre d'Agriculture, consacrée le 22 novembre à la nouvelle Pac, fait le plein en présentiel et en distanciel.

Le 22 novembre, à Chartres. Le président de la Chambre, Éric Thirouin, ­prévient	: «	Il faut anticiper dès 2022 les conséquences de la future Pac	».
Le 22 novembre, à Chartres. Le président de la Chambre, Éric Thirouin, ­prévient : « Il faut anticiper dès 2022 les conséquences de la future Pac ».
© H.C. - Horizons

Quand la chambre d'Agriculture organise ses Universités du soir sur le thème de la Pac, elle vise juste et attire les exploitants. Le 22 novembre, la 32e édition, consacrée à sa future itération et à la façon de s'y préparer, ne fait pas exception. Il y a du monde, que ce soit en direct sur Youtube, avec plus de trois cents spectateurs, ou salle Mathurin-­Régnier pour un retour en présentiel, où la jauge est quasiment atteinte.

Juste le temps

En lançant la soirée, le président de la chambre consulaire, Éric Thirouin, est clair : « La réforme de la Pac est en train de se conclure pour une application en 2023. On pourrait penser que l'on a le temps, mais non, cela impacte vos semis de 2022. Et ce temps est juste ce qu'il faudra pour intégrer tous les changements ».

Tout n'est pas encore tranché cependant. Si l'on connaît les trois mécanismes d'accès aux éco-régimes, qui sont la nouveauté de cette nouvelle mouture (notre édition du 22 octobre), en revanche des détails, y compris sur certains aspects de la conditionnalité, sont encore à définir. C'est Laurent Baraduc, l'économiste de la Chambre, qui a tout expliqué lundi soir.

Ensuite, les conseillères Carine Hardy et Aude Pontonnier, donnent des exemples concrets avec des simulations sur trois exploitations, une en polyculture-élevage, une plutôt typée Scop* et une autre plus diversifiée. Le but de la manœuvre étant de montrer quelles modifications pouvaient ouvrir l'accès aux éco-régimes. Il suffit parfois de cultiver un peu plus de pois pour grappiller les deux points qui manquent… Mais ce sera chaque année qu'il faudra prévoir cette culture dans son assolement, ce qui peut se révéler compliqué.

En tout cas, pour éclairer chacun, la Chambre propose son accompagnement et ceux qui disposent de Mes ­Parcelles pourront même procéder à une simulation avec la calculette qui y est désormais intégrée.


*Surface en céréales et oléoprotéagineux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Le 9 décembre, à Orléans (Loiret). Le président du groupe Axéréal, Jean-François Loiseau (à d.), et son directeur général, Paul-Yves L'Anthoën, sont revenus sur un exercice 2020-2021 compliqué.
Une campagne 2020-2021 atypique pour le groupe Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal s'est réuni en assemblée générale le 9 décembre à Orléans (Loiret). Retour sur un exercice 2020-2021…
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28.
« S’engager ensemble en 2022 »
Le président de la FNSEA 28 et le président de la FNSEA CVL présentent leurs vœux pour cette nouvelle année.
Florent Leprêtre, président de la FNSEA CVL.
Les vœux des présidents
Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, présente ses vœux en cette nouvelle année 2022. Tout comme Didier…
« 2022 : dans l’espoir du retour au bon sens paysan »
Damien Greffin, président de la FRSEA Île-de-France, Christophe Hillairet, président de la chambre d’Agriculture de région Île-de…
Vincent Michelet, agriculteur dans le Vendômois, est membre du bureau d'Axéréal.
Tour d'actualité d'Axéréal
Le groupe coopératif Axéréal a tenu son assemblée générale le 9 décembre. Vincent Michelet, président de la section Grand-Ouest…
Agriculteur en bout de champ.
Recensement agricole de 2020 : premiers résultats pour l’Île-de-France
Les premiers résultats du recensement 2020 sont publiés. L’Île-de-France compte 4 425 exploitations agricoles dont la SAU moyenne…
Publicité