Aller au contenu principal

FNSEA 45
Électricité : plan d'actions d'Irrigants de France

Face à la hausse brutale de l’électricité depuis quelques mois, Irrigants de France se mobilise pour l’avenir de l’irrigation.

électricité
© adobestock.com / illustration

En l’espace de quelques mois, le coût de l’énergie s’est envolé. L’intervention de Julien Teddé, directeur d’Opéra Énergie, au conseil d’administration d’Irrigants de France de décembre dernier a permis de mieux comprendre la situation, rappelant que le prix du gaz est l’un des drivers des marchés de l’électricité.

Dans un contexte de reprise d’activité post-Covid avec une demande forte en énergie et alors même que les centrales nucléaires françaises ne sont pas à leur niveau de production optimal, les prix ont flambé, provoquant de vives inquiétudes dans les chaînes de production. La guerre en Ukraine en créant de nouvelles incertitudes sur l’accès au gaz russe a accentué une situation déjà extrêmement tendue.

Un mécanisme de l’Arenh dépassé en 2021-2022

Le dispositif dit Arenh (Accès régulé à l’énergie nucléaire historique) permet à chaque consommateur de disposer d’un certain volume d’électricité à un prix fixé par la CRE (Commission de régulation de l’énergie). Les droits Arenh sont calculés sur les périodes dites creuses, soit en majeure partie sur les mois de juillet et août. Ce dispositif est donc très favorable aux irrigants qui souscrivent à ce type d’offre (quel que soit le fournisseur). Or, le mécanisme de l’Arenh entraîne chaque année une révision du prix de revente au client final. En 2021, compte tenu du contexte mondial tendu sur les prix du gaz, les cours de l’électricité connaissent de fortes tendances haussières, notamment depuis fin juillet-début août. Ainsi, les prix du marché, habituellement situés entre 40 et 60 euros/MWh, évoluent entre 176 et 235 ­euros/­MWh les 2 et 16 décembre 2021, période de rachat pour la fourniture 2022. La couverture des volumes manquants s’est donc faite à des niveaux de prix très élevés.

Une enquête pour estimer les enjeux

Que ce soit pour les irrigants ayant renouvelé leurs contrats en 2021, ou pour ceux qui ont vu leur demande de volume Arenh écrêté, les prix de l’électricité devraient flamber en 2022. Il est très complexe de disposer de chiffres précis, c’est pourquoi le conseil d’administration a souhaité faire un état des lieux de la situation à travers une enquête menée auprès des irrigants. ASA France ayant également décidé d’effectuer ce travail, les deux structures se sont associées et ont lancé une enquête commune au sein de leurs réseaux respectifs. De nombreux adhérents de la FNSEA 45 y ont participé et les résultats de l'enquête sont en cours d'étude. Une synthèse sera effectuée et servira de support pour étudier la situation et alerter les pouvoirs publics sur les dangers que représente la hausse de l’électricité pour la rentabilité des filières irriguées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité