Aller au contenu principal

En 2015, le selles-sur-cher dépasse les mille tonnes de production

En 2015, l’AOP Selles-sur-Cher passe la barre des mille tonnes de production. Un beau cadeau pour ses quarante ans.

L’année 2015 marque le franchissement des mille tonnes de la production en AOP Selles-sur-Cher — 1 006 pour être exacts.

Cette nouvelle accompagne bien les quarante de l’AOP et le développement de sa communication. « C’est une belle progression et une réussite de l’ensemble des acteurs de l’AOP », a souligné Frédéric Bœuf, président du syndicat, lors de l’assemblée générale du 22 avril à Selles-sur-Cher.

Par rapport à 2014, la production a connu une augmentation de 3,4 %.

Cette dynamique, malheureusement, est ternie par une inquiétude de la part de l’AOP : les installations ne compensent pas les départs. En 2015, six producteurs de lait ont arrêté quand seulement deux ont obtenu l’habilitation.

« Une enquête régionale est en cours sur la filière caprine. Cela pourrait servir de base à notre travail sur l’installation », a témoigné Sylvain Boiron, vice-président de l’AOP et membre de la chambre régionale d’Agriculture Centre Val-de-Loire.

Concernant la production, l’AOP a fait une demande auprès de l’Inao afin de modifier le cahier des charges pour revenir à l’écriture de « lait entier » présente dans les cahiers des charges de 1975 et 1986.

« Le but est de trouver des solutions alternatives au lait cru notamment dans les situations de problème sanitaire. Beaucoup de producteurs sont, ou ont été, touchés par ce type de problèmes qui occasionnent des fermetures de fromagerie sur une période de trois semaines minimum. À ce stade, le comité permanent a jugé notre demande non recevable », explique Benoît Foisnon, animateur de l’AOP.

Le syndicat fait face à d’autres sujets : la question de l’utilisation de lait pasteurisé pour la fabrication des ferments, considérés comme des auxiliaires de fabrication et non du lait par le syndicat, ou celle de la validation par le conseil d’État de la demande des producteurs corses concernant l’interdiction pour les affineurs d’utiliser le mot « fermier ».

« Diverses procédures ont été lancées. Avec d’autres AOP, nous sommes chacune en train de rédiger une lettre pour essayer de faire modifier cette décision qui pourrait être dramatique pour les affineurs et les AOP », précise le président.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité