Aller au contenu principal

En assemblée générale, le Conseil horticole fait des projets

Le Conseil horticole d’Ile-de-France a tenu son assemblée générale le 24 juin à Feucherolles (Yvelines).

Feucherolles (Yvelines), le 24 juin. Les adhérents du conseil horticole ont tenu l’assemblée générale annuelle.
Feucherolles (Yvelines), le 24 juin. Les adhérents du conseil horticole ont tenu l’assemblée générale annuelle.

Les adhérents du Conseil horticole d’Ile-de-France se sont réunis le mercredi 24 juin autour du président, Bruno Picard, à l’occasion de l’assemblée générale annuelle. Celle-ci s’est déroulée au golf de Feucherolles (Yvelines) et a permis des échanges sur plusieurs projets.

Après la partie statutaire, le conseil horticole a en effet réfléchi à l’opportunité de mettre en place un conseil en irrigation via l’acquisition de sondes qui indiquent, en fonction de l’espèce cultivée, si la plante est trop ou pas assez arrosée. 

« Le problème de l’arrosage est récurrent sur toutes les exploitations », a avancé la conseillère, Isabelle Vandernoot : « Nos homologues de Normandie possèdent cet outil qu’ils font passer d’exploitation en exploitation et cela leur permet d’améliorer le suivi de l’arrosage qu’ils ont même réduit de 30 %. »

Les adhérents franciliens se sont longuement intéressés au système mais ont émis des doutes sur sa mise en œuvre au sein du Conseil horticole. 

« Il est vrai que ce dispositif pourrait apporter des solutions en matière d’arrosage mais acheter un appareil pour le faire circuler dans quinze ou vingt exploitations, cela signifie que certains ne connaîtront le dispositif que dans plusieurs années, cela paraît impensable », a résumé le président, Bruno Picard : « Il faudrait dans ce cas acquérir plusieurs sondes dès maintenant pour que tout le monde puisse en profiter assez rapidement. »

Afin de s’assurer du réel intérêt de l’outil avant d’engager des sommes importantes, l’assemblée générale s’est prononcée en faveur d’un emprunt du matériel de leurs collègues normands durant l’été.

Le Conseil horticole a également évoqué la gestion raisonnée et durable des cultures. « L’enjeu est de réduire l’usage des désherbants car la législation va de toute façon nous y contraindre », a expliqué le président du conseil.

Sur ce sujet, les adhérents ont également pris une décision : un stagiaire sera recruté au printemps prochain pour trois ou six mois afin de dresser un état des lieux sanitaire des exploitations et voir les possibilités d’évolutions.

Enfin, sur proposition du groupe de travail sur la vente au détail, le conseil projette également une journée de présentation de logiciels de caisses pour septembre. 

Par la suite, Bruno Picard a abordé la stratégie territoriale en Ile-de-France afin que les collectivités, les promoteurs immobiliers, les architectes... privilégient les productions locales plutôt qu’étrangères. « Les collectivités sont contactées une à une afin de leur montrer qu’il y a une production locale et de qualité en Ile-de-France. Nous travaillons aussi avec les chambres d’Agriculture dans le but d’identifier tous les projets naissants et leur besoin potentiel en plantes pour nous positionner. »

L’ensemble des adhérents a reconnu qu’un important travail de communication devait être fait sur la production horticole francilienne. 

Le conseil horticole d’Ile-de-France a voté à l’unanimité la hausse des cotisations de 1 % pour l’an prochain. Depuis quelques mois, il compte également deux adhérents de plus dans ses rangs dont un jeune en cours d’installation.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité