Aller au contenu principal

Action syndicale
En Île-de-France ouest, 200 tracteurs contre la future Pac

Un coup de semonce. Voilà le sens de la manifestation menée par les agriculteurs franciliens vendredi 2 avril sur les routes de la région. A6, A13, N12, N14, N20, sortie d'A10, Francilienne… Dès l'aube, ils ont été plus de deux cents tracteurs et environ trois cents agriculteurs à bloquer une douzaine d'axes routiers de l'Essonne, des Yvelines et du Val-d'Oise.

Ce mouvement répondait à un appel à mobilisation lancé quelques jours plus tôt par la FNSEA Grand bassin parisien.

Les départements de Seine-et-Marne, de la région Hauts-de-France ainsi que la Seine-Maritime, l'Eure, l'Eure-et-Loir mais aussi la Marne et l'Aube étaient donc aussi mobilisés.

36784.jpg
Initialement positionnés à Limours (Essonne), les tracteurs ont convoyé jusqu'à Palaiseau où une délégation d'agriculteurs a rencontré le sous-préfet.

« Il s'agit d'un premier avertissement au gouvernement pour dire qu'on ne partage pas le projet de la future Pac. On se dirige vers une Pac qui va emmener nos exploitations dans le mur avec un système de production décroissant qui ne correspond en rien à la réalité économique de nos entreprises. On assiste à un détricotage pur et simple de l'agriculture économique », dénonce Damien Greffin, président de la FNSEA Grand bassin parisien.

Si le monde agricole a choisi ce timing pour faire entendre sa voix malgré la crise sanitaire, c'est que la situation presse.

« Il fallait faire cet avertissement avant la sortie de la première version du Plan stratégique national du ministre de l'Agriculture, reprend Damien Greffin. Chacun sait qu'une fois que les choses sont écrites, c'est bien plus difficile de faire bouger les lignes ».

36793.jpg
À Montfort (Yvelines), plusieurs tracteurs ont bloqué la N12.

Et parmi les lignes que les agriculteurs souhaitent faire bouger, les éco-régimes tiennent une place prépondérante.

« La nouvelle Pac prévoit de nouvelles mesures agro-environnementales, appelées éco-régimes, toujours plus importantes, toujours plus contraignantes et surtout, qui seront difficiles voire impossibles à atteindre pour 70 à 80 % des exploitations du territoire du Grand bassin parisien, affirme Damien Greffin. On se retrouve donc avec des aides qui ne seront pas distribuées à tous les agriculteurs, une Pac qui va créer des déséquilibres et une perte de revenus pour les exploitations de l'ordre de 70 à 80 euros de l'hectare ».

Les agriculteurs regrettent un projet qui « emmène vers une agriculture élitiste ».

36795.jpg
Dans le Pays de France (Val-d'Oise), le convoi de tracteurs a bloqué la Francilienne toute la matinée au niveau de Villiers-le-Sec.

« C'est une incitation à produire sans savoir s'il y aura le marché derrière, craint Damien Greffin. L'agriculture doit répondre à tous les segments de marché pour permettre à tous les consommateurs d'avoir accès à une alimentation saine et de qualité telle que nous, agriculteurs français, savons le faire. Or, ce projet tend à faire disparaître l'agriculture dite conventionnelle. On produira pour une élite et on se rendra encore plus dépendants des importations pour les produits courants. C'est inenvisageable et innacceptable ».

Au cours des blocages de ce vendredi 2 avril, plusieurs élus sont venus à la rencontre des agriculteurs : le président du Département de l'Essonne, François Durovray, la sénatrice des Yvelines et le président du Sénat, Sophie Primas et Gérard Larcher, ou encore les députés Bruno Millienne (Yvelines) et Antoine Savignat (Val-d'Oise).

36791.jpg
Sur l'A6 à hauteur d'Auvernaux (Essonne), le président du Département, François Durovray, est venu à la rencontre des agriculteurs.

Un petit groupe a également été reçu en sous-préfecture de Palaiseau (Essonne).

Le président de la FNSEA Grand bassin parisien a lui obtenu un rendez-vous avec le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, ce vendredi 9 avril. Damien Greffin prévient : « Nous ne sommes pas contre l'idée d'une démarche de progrès mais il faut y emmener tout le monde et fixer des objectifs raisonnables. Aujourd'hui, c'était un premier avertissement. S'il faut faire plus fort, nous saurons le faire ».

Retour vidéo sur la mobilisation agricole en Île-de-France, par nos confrères du Parisien.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Publicité