Aller au contenu principal

[Enseignement] Se former au machinisme forestier

Le lycée professionnel agricole de Beaune-la-Rolande propose un baccalauréat professionnel Machinisme forestier à la rentrée, pour répondre aux besoins des entreprises du secteur.

Afin de répondre aux besoins des entreprises d'exploitation forestière, le LPA de Beaune-la-Rolande vient de lancer un bac pro Machinisme forestier.
Afin de répondre aux besoins des entreprises d'exploitation forestière, le LPA de Beaune-la-Rolande vient de lancer un bac pro Machinisme forestier.
© Doriane Mantez

La rentrée 2020/2021 débute sur les chapeaux de roues pour le LPA de Beaune-la-Rolande avec l’arrivée d’une toute nouvelle formation, unique en France : le baccalauréat professionnel Machinisme forestier.

Basée sur un bac pro Agroéquipement, cette formation préparera des conducteurs de machines forestières avec des compétences en mécanique (maintenance de 1er niveau). « L'idée de départ de cette formation vient d'une volonté de proposer aux jeunes sortant de 3e une formation qui mêle les deux pôles de compétences de l'Eplefpa du Loiret : l'agroéquipement et la forêt, explique Cédric Puisais, directeur adjoint et responsable du site de Beaune-la-Rolande.

La mécanisation grandissante de l’exploitation forestière est une réalité et le recrutement et la formation des conducteurs reste un enjeu fort. Les professionnels du secteur expriment leurs difficultés de recrutement, même en apprentissage ».

Aujourd’hui 60 % des conducteurs de machines de bûcheronnage de la région Centre-Val de Loire n’ont pas de diplôme et seulement 14 % des diplômés ont suivi une formation spécifique à la conduite d’engins.

La formation compte déjà huit jeunes inscrits en classe de seconde pro. Au bout de trois années, ceux-ci devraient être capables de maîtriser tous les types d’engins forestiers : débusqueur, abatteuse, porteur, andaineur forestier, broyeur…

En plus des cours classiques de matières générales et techniques au LPA de Beaune-la-Rolande, les élèves iront un jour par semaine sur le site du Chesnoy pour réaliser les travaux pratiques en condition et utiliser les machines forestières.

« Le plateau technique agroéquipement sera le point d’appui du travail pratique sur la maintenance des équipements, la sécurité ou la gestion d’un parc matériel. L’atelier technologique forestier permettra aux élèves de s’initier à la conduite des machines forestières et de développer ces pratiques tout au long des trois années de formation ».

L'établissement dispose d'ailleurs du plus important parc de machines forestières de France pour un établissement de formation, comptant douze machines forestières, d’une valeur d’environ 500 000 euros chacune.

Le programme sera complété par une vingtaine de semaines de formation en milieu professionnel durant les trois ans de formation (stages en entreprise), des chantiers écoles, l'utilisation de simulateurs de conduite…

« Il s'agit d'une formation que l'on peut qualifier d'unique en France, qui s'appuiera sur les capacités et le savoir-faire des enseignants, notamment Éric Viron, enseignant de l'établissement, reconnu dans le domaine de la foresterie ».

Le LPA accompagne les élèves dans leur démarche pour trouver une entreprise et cette formation n'affiche pas encore complet, il reste une petite poignée de places.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Des mesures de restrictions de l’usage de l’eau entrent en vigueur le 15 juillet
En pleine vague de chaleur, la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé ce mercredi de restreindre l’usage de l’eau. Des mesures…
Vendredi 8 juillet, à Garancières-en-Beauce. Dans le cadre de l'entraide, Pascal Laya bat la parcelle de colza d'un ami.
L'Eure-et-Loir vit au rythme de la moisson
Depuis le début du mois, la pluie a cédé la place au grand bleu, la moisson bat son plein en Eure-et-Loir. Quelques tours de…
En attente de la fin des travaux, Nicolas Baptiste prépare déjà certaines ­productions.
Une ferme aquaponique s’installe dans le Loiret
Installé à Châtillon-Coligny depuis le 1er novembre dernier, Nicolas Baptiste lance sa propre ferme d’aquaponie baptisée Ferme…
Début juillet à Saint-Martin-en-Bière (Seine-et-Marne).
Moisson : la belle surprise du colza tandis que les protéines décrochent dans les blés
En Île-de-France, la moisson s'est enclenchée précocement, dès le 15-20 juin dans certains secteurs. Grâce à des conditions…
Eau : le préfet annonce de nouvelles mesures de restriction
Le préfet d'Eure-et-Loir, Françoise Souliman, a organisé une rencontre avec la presse le 13 juillet, puis le 20 juillet, à…
Le 21 juillet, à Saint-Germain-le-Gaillard. Pas de pluie, pas de pression. Une quinzaine de jours de travail auront permis de venir à bout de la moisson en Eure-et-Loir cette année.
Une récolte finalement meilleure que prévue en Eure-et-Loir
En dépit d'une certaine hétérogénéité, globalement qualité et rendements sont au rendez-vous de la récolte cette année en Eure-et…
Publicité