Aller au contenu principal

Equimeth, une unité de méthanisation mixte

L’unité de méthanisation Equimeth à Moret-Loing-Orvanne valorise des déchets alimentaires, du fumier équin et des poussières de céréales produits à proximité.

Moret-Loing-Orvanne, mardi 20 septembre. Des cuves chauffées permettent de stocker les graisses issues des biodéchets alimentaires.
Moret-Loing-Orvanne, mardi 20 septembre. Des cuves chauffées permettent de stocker les graisses issues des biodéchets alimentaires.
© L. G.-D. - Horizons

La rentrée 2022 est marquée par une crise sans précédent du secteur de l’énergie en France. Les conséquences de la guerre en Ukraine remettent le sujet des alternatives énergétiques au cœur des enjeux de l’indépendance énergétique.

Le biogaz présente un potentiel de développement important pour rééquilibrer le mix énergétique français. Il connaît d’ailleurs un développement sans précèdent selon l’Association française du gaz. Exemple avec Equimeth à Moret-Loing-et-Orvanne, en fonction depuis plus d’un an.

CVE, groupe axé sur la production d’énergie renouvelable, a repris en 2017 un projet de méthanisation visant à traiter uniquement du fumier équin d’où le nom de l'unité. Mais ce sous-produit nécessite d’être traité thermiquement et une quantité importante d’eau, un non sens écologique. Le projet a donc été revu.

Aujourd’hui, l’unité Equimeth fonctionne avec 2000 tonnes de fumier/an, 2000 tonnes de poussières de céréales et 10 000 tonnes de restes alimentaires préparés dans des usines de traitement.

Un comité de suivi avec l’équipe municipale, l’exploitant, des partenaires (comme le Smitom et Eaux de Paris, le Département, la Région…) et des riverains de cette unité sortie de terre en 2020, a été constitué. Il permet de répondre aux problématiques, faire le lien avec l’exploitant et d’avoir un discours apaisé.

Ce méthaniseur, à fort ancrage territorial, alimente six communes en favorisant un circuit court, tant pour les intrants que pour l’épandage du digestat. Il couvre environ 15 % des besoins de ces communes, mobilités urbaines et industries comprises. De plus, le biométhane, en rendant service aux territoires (emplois, déchets), apporte des externalités positives à intégrer au coût du gaz. Trois emplois directs et sept indirects ont ainsi été créés.

Les intrants utilisés, explique le directeur de CVE Biogaz, Arnaud Bossis, sont conservés différemment selon leur type. Les matières végétales, issues du silo In-Vivo voisin, sont stockées en extérieur. Les matières animales sont abritées dans un bâtiment à air aspiré — pour éviter les odeurs. Ces dernières doivent être broyées et traitées thermiquement pour tuer les pathogènes. D’ailleurs l’agrément sanitaire du site impose certains protocoles comme des circuits d’écoulement des jus différents. À l’extérieur trois cuves dont deux chauffées permettent de stocker les intrants liquides (graisses par exemple).

80 % des matières sont digérés dans la première cuve du méthaniseur. Les 20 % restants vont dans le post digesteur pour achever leur dégradation. La fraction liquide du digestat est évacuée dans une cuve couverte qui remplace la lagune.

Concernant l’épandage, un accord est pris afin de ne pas épandre à proximité des habitations et d’éviter la traversée des communes par les camions. Un seul prestataire réalise les deux phases d’épandages annuels sur 1 000 à 1 500 hectares en fonction des matières utilisées (teneurs variables en souffre, phosphore). La balance d’entrée et de sortie, où se présentent environ 5 camions par jour sauf en période d’épandage (25 000 tonnes d’engrais à sortir en 6-8 semaines) permet une traçabilité complète. 20 exploitants agricoles sont associés au plan d’épandage, le site évitant ainsi la consommation de 300 tonnes d’engrais par an et la production de 500 tonnes de CO2 par an (bilan qui inclut le rejet).

Toutes les eaux (y compris de pluie) sont récupérées et rejetées. Les autres servent à alimenter le process, le site fonctionne ainsi en autarcie pour l’eau.

La création de ce site a nécessité un investissement de 12 millions d’euros (85 % par CVE et 15 % SEM Île-de-France énergie). Si le biogaz n’a pas vocation à couvrir tous les besoins, avec l’obligation par les ménages de trier leurs biodéchets alimentaires à compter du 1er janvier 2024, un immense levier va apparaître.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Publicité