Aller au contenu principal

Éric Naudin, décorateur à Vaux-le-Vicomte

Le décorateur Éric Naudin exerce ses talents au sein du château de Vaux-le-Vicomte, notamment au moment de la féérie de Noël.

Le décorateur évoque aussi les rencontres qui se produisent sur ce site, comme celle avec Sophie Marceau lors du tournage de La fille de d’Artagnan.

Embauché au château de Vaux-le-Vicomte (Seine-et-Marne) en 1989 comme simple saisonnier vendeur à la boutique, où il a été le premier homme recruté, Éric Naudin y exerce maintenant en tant que décorateur.

« Je faisais des décors au sein de la boutique où progressivement la propriétaire des lieux m’a intégré aux achats », raconte-t-il, sourire aux lèvres.

Au bout de cinq ans, Éric Naudin intègre l’école Boulle pour suivre une formation de décoration d’intérieure et d’étalagiste. « Je me suis éclaté, moi qui ai toujours eu une âme artistique et adoré les travaux manuels », explique celui qui est titulaire d’un BEP de comptabilité.

À l’issue de sa formation, il retrouve le site de Vaux-le-Vicomte et sa boutique, mais il commence également à travailler à la décoration du château aux côtés d’un des fils du propriétaire, Jean-Charles de Vogüe, qui est à l’origine de différentes manifestations à succès lancées au fil des ans (Déjeuner sur l’herbe, Le palais du chocolat, la grande fête du 17 août, Pâques… et depuis douze ans, La féérie de Noël).

« C’est un bonheur. J’ai toujours aimé le côté festif. J’associe Noël à mes souvenirs des vitrines des grands magasins où les jouets sont mis en scène pour faire rêver les enfants », explique Éric Naudin. Chaque année, le nombre de pièces décorées s’est développé jusqu’au château entier et en 2017 au musée des équipages.

« Noël, c’est ma passion, mais aussi  un gros challenge. On travaille déjà sur la mise en scène pièce par pièce de 2018 », raconte le décorateur, les yeux pétillant à l’évocation de cet événement annuel.

Son inspiration, il la tire des vitrines des magasins de luxe de Paris et du salon Christmasworld à Francfort (Allemagne) afin de donner « féérie, magie et côté grandiose ». « Je veux toujours être innovant, un peu à l’image de Fouquet ».

Sa plus grande fierté : que tous les corps de métiers, au sein du château, se donnent à fond pour la réussite de cet événement. La difficulté : évaluer le volume d’une pièce et travailler sur les bonnes proportions. Des événements comme le mariage de la fille de Lakshmi Mittal, aux décors somptueux, l’ont aussi émerveillé.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité