Aller au contenu principal

Espèces invasives : «des cultures entières risquent de disparaître»

La prolifération d’espèces invasives risque d’entraîner la disparition de cultures entières, a alerté l’Afidol (Association française interprofessionnelle de l’olive) le 14 avril à l’Assemblée nationale.

«On constate ces dernières années une montée en puissance d’insectes», a témoigné le président Olivier Nasles, lors d’une réunion du comité parlementaire de suivi du risque ambroisie, en citant les attaques de mouche de l’olive, du noyer, mais aussi de drosophiles sur les cerisiers, la vigne. «Il faut trouver des solutions, sinon des cultures entières vont disparaître», a souligné Olivier Nasles, évoquant aussi un phénomène de «déconversion» d’agriculteurs bio. Selon lui, des moyens pour la recherche sont nécessaires, notamment en faveur des petites productions. Il a soulevé plusieurs interrogations concernant la mouche de l’olive, responsable de 70 % de perte de récolte en 2014 : sur la connaissance du parasite, pour améliorer la lutte, sur l’équilibre entre espèces, afin de comprendre le rôle des prédateurs naturels, sur la diminution des traitements insecticides, qui expliquerait la prolifération des nuisibles.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Pauline Amisse, équithérapeute
D'abord assistante sociale et cavalière depuis l'enfance, Pauline Amisse a rapproché ses deux mondes pour devenir équithérapeute.
Miellerie Véron : l’apiculture, c’est à 70 % le travail de l’apiculteur
Apiculteurs professionnels, Sébastien et Nathalie Véron font transhumer une partie de leurs 1 300 colonies en fonction des…
Publicité