Aller au contenu principal

Esprit collaboratif au haras de Garrypierre

Dimanche dernier, le haras de Garrypierre à Neung-sur-Beuvron a ouvert ses portes dans le cadre du Tour de France de l’élevage. L’occasion de présenter la plate-forme collaborative de financement My horse family.

En pleine ascension, la start-up My horse family a organisé son événement national pour présenter son concept d’élevage collaboratif les samedi 7 et dimanche 8 avril. 

Ce Tour de France de l’élevage a fait étape le dimanche en Sologne, à Neung-sur-Beuvron, au haras de Garrypierre. À cette occasion, la famille Herbeau a ouvert ses portes aux passionnés de chevaux et adeptes des innovations.

Devant une trentaine de personnes, dont Virginie Sentucq pour la Mairie de Neung-sur-Beuvron et Pascal Bioulac pour le conseil départemental, Delphine Herbeau a présenté avec beaucoup de dynamisme l’histoire de sa famille, son installation, sa passion et son métier, son expérience vécue avec l’élevage collaboratif et surtout les chevaux et son futur poulain venant du financement participatif. 

« Le haras de Garrypierre est né de toute une histoire rurale liée à une famille solognote et à la passion d’un homme, le docteur Michel Herbeau, pour l’élevage des chevaux de sport », a annoncé la gérante.

« Nous avons la chance d’avoir en Loir-et-Cher l’un des plus beaux élevages équins français depuis les années 60, avec notamment les célèbres chef de file selle français Loripierre ou Dollar de la Pierre, encore aux origines des champions olympiques français en 2016 à Rio », a souligné Pascal Bioulac.

« Avoir un cheval sans les inconvénients, un poulain à voir grandir sans forcément l’argent, le temps, ni même une connaissance pointue du monde équestre dans sa technicité », voilà la base du principe de l’élevage collaboratif.

« Notre projet s’inscrit sur trois ans, de la naissance du poulain à ses trois ans révolus (âge auquel il peut être exploité). La naissance du poulain est prévue pour le 18 avril. En participant, vous vous donnez la possibilité d’être éleveur et propriétaire d’un futur champion. Mais c’est aussi un projet ludique et enrichissant à travers des moments de partage et d’échanges entre professionnels et particuliers », a expliqué Delphine Herbeau.

Cette offre de co-élevage a donc été mise en ligne sur la plate-forme My horse family il y a quelques semaines. L’objectif étant d’atteindre 11 500 euros, la moitié de la somme nécessaire pour les trois premières années de vie du poulain.

Le haras de Garrypierre reste propriétaire à plus de 50 % du futur bébé. En contrepartie, les co-éleveurs se verront offrir des nuits offertes au gîte de Garrypierre, ils pourront participer au choix du nom, recevoir photos et vidéos de leur protégé, et autres privilèges en fonction de la somme investie. La journée de dimanche a ainsi permis de faire découvrir et partager une passion familiale d’éleveurs de chevaux de sport de génération en génération en attendant la venue du futur crack.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Un doc à propos du glyphosate samedi sur Public Sénat
La chaîne Public Sénat diffuse ce samedi le documentaire d'Isabelle Vayron La Beauce, le glyphosate et moi, qui fait la part…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Betteraves : rendement historiquement bas
La campagne betteravière achevée, le délégué régional de l'ITB, Pierre Houdmon, revient sur ses faits marquants en Centre-Val de…
Des portes ouvertes autour d'un nouveau Deutz chez Nouvellon
Les établissements Nouvellon ont souhaité maintenir leur traditionnelle journée portes ouvertes, le 15 décembre à Bouville (Eure-…
Publicité