Aller au contenu principal

Essais en cours pour la pulvérisation intelligente One Smart Spray

Actuellement en phase de développement, la technologie One Smart Spray, issue du partenariat entre BASF, Bosch et Amazone, fait l’objet d’essais en Eure-et-Loir et dans l’Essonne.

30 à 80 % d’herbicides en moins en fonction des salissures. C’est ce que promet la nouvelle technologie One Smart Spray développée par BASF et Bosch sur le pulvérisateur UX 5201 d’Amazone. S’il faudra attendre 2025, voire 2026, pour le lancement officiel de ce nouveau système de pulvérisation ciblée faisant appel à l’intelligence artificielle, des essais sont actuellement menés sur trois exploitations agricoles situées à proximité d’Auneau, en Eure-et-Loir, à la frontière des Yvelines.

« 2023 marque la première année d’essais en France pour la technologie One Smart Spray, détaille Matthieu Delhaye, de BASF, qui présentait cette dernière lors du salon Innov-agri à Outarville (Loiret) début septembre. Nous avons naturellement choisi de mettre en place les expérimentations en maïs, betterave et colza à proximité du siège de l’entreprise Amazone, pour des raisons pratiques. L’idée est de se mettre en conditions réelles chez des agriculteurs. Ce prototype permet de cibler l’application d’herbicide directement sur les adventices, dicotylédones et graminées, repérées par des caméras embarquées sur la rampe du pulvérisateur. Tout l’intérêt du système se situe dans l’intelligence agronomique, avec une activation des buses uniquement là où c’est nécessaire ». Il ne faut que quelques millisecondes pour que les mauvaises herbes puissent être détectées par One Smart Spray.

Des adventices détectées de jour comme de nuit

Autre promesse de BASF, Bosch et Amazone : pouvoir traiter de jour comme de nuit. Mais l’agriculteur reste tout de même maître de son programme de traitement. « Le raisonnement démarre à partir des données collectées sur la parcelle, poursuit Matthieu Delhaye. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision qui va dépendre des objectifs de l’agriculteur et de ses calculs de coût à l’hectare ». Ce système innovant prévoit des recommandations de traitement personnalisées en fonction des données recueillies et de la cartographie qui en résulte. Il est donc possible de visualiser où poussent les adventices ainsi que leur taille, et de surveiller les résistances.

Si le prix à payer pour le One Smart Spray n’est pas encore fixé, car il s’agit d’un prototype, il devrait plutôt s’adresser aux surfaces les plus importantes, et intéresser par exemple les entreprises de travaux agricoles. À terme, un déploiement sur les surfaces de céréales est attendu.

« Une rampe de 36 mètres pour traiter à 12 km/h »

« Tout l’enjeu au niveau d’Amazone réside dans la capacité de notre matériel à emporter cette technologie de pointe, confie Emmanuel Levêque, chef produit au sein de la base d’Auneau (Eure-et-Loir) du constructeur allemand. Il y a des caméras et des leds qui vont permettre d’assurer la pulvérisation même sur les zones d’ombre. Le challenge est de garantir une qualité de la détection. L’objectif pour Amazone est d'assurer une stabilité de la rampe du pulvérisateur, qui fait 36 mètres. On peut traiter à 12 km/h. Avec ce système, on s’éloigne de la pulvérisation classique pour travailler quasiment sans recouvrement ». 

Cet article fait partie d'un dossier Pulvérisateurs

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Familles de paysans, 100 ans d'histoire
Diffusé lundi 27 novembre à 21 h 10 sur M6, le documentaire coproduit et présenté par Karine Le Marchand « Familles de paysans,…
Fermage et taxe foncière 2023 : quels calculs ?
Rappel et précisions concernant le calcul de la taxe foncière dans le cadre des fermages.
Justine Champion s’est installée sur 19 hectares et a pour projet de mettre en place des clôtures pour faire pâturer ses chèvres l’année prochaine.
De salariée à jeune installée hors cadre familial
Avoir été salariée d’élevage pendant plusieurs années est un bon moyen d’acquérir de l’expérience avant de s’installer hors cadre…
Les semis d'automne sont rendus difficiles par une météo très pluvieuse. Pour la plupart, le labour est incontournable.
Récoltes, semis, traitements : la pluie et le vent rendent la tâche compliquée
Entre pluie et vent, les conditions de travail sont parfois difficiles en plaine. Tour d'horizon de la situation, secteur par…
Étienne Accault (à g.) et Mickaël Berthault (à d.) ont opté pour la location d’une moissonneuse-batteuse en commun.
​​​​​​​« Partager les coûts et l’expérience avec la location en commun »
La hausse du prix du matériel agricole amène certains agriculteurs à réfléchir à de nouveaux modes de fonctionnement avant d’…
Opération NADA vendredi 24 novembre
À l'appel de la FNSEA, la FDSEA et les JA Île-de-France se mobiliseront vendredi 24 novembre.
Publicité