Aller au contenu principal

Essor de l’agriculture biologique : Les Chambres d’agriculture s’organisent pour y répondre

Avec la croissance à deux chiffres de la filière biologique en 2015 et la difficulté à valoriser certaines productions en conventionnel, comme le lait, les demandes d’information et d’accompagnement à la transition affluent au niveau des Chambres d’agriculture.

Le réseau s’organise donc pour développer l’appui aux producteurs tentés par l’agriculture biologique. Pour répondre aux attentes de la société et des producteurs, le réseau des Chambres d’agriculture s’est réuni le 6 décembre pour partager les expériences en agriculture biologique, dont le développement s’est fortement accentué ces dernières années. La tendance se reflète d’ailleurs au niveau des élus de l’APCA, qui comptent désormais huit agriculteurs bio. Face aux demandes croissantes des producteurs pour être conseillés et accompagnés dans leur conversion, les Chambres développent les référentiels techniques et veulent former davantage de conseillers : les techniciens spécialisés en bio représentent aujourd’hui 150 ETP, un nombre insuffisant pour répondre aux besoins. L’APCA souhaite donc que ses conseillers en agriculture conventionnelle soient aussi formés à l’agriculture biologique, qui exige une plus grande technicité.

Difficultés techniques et rémunération

Car produire et vivre de son métier n’est « pas si simple » non plus en agriculture biologique, avertit Etienne Gangneron, président de la Chambre d’agriculture du Cher et président du groupe Bio à l’APCA. Ainsi, la viande bovine bio connaît depuis trois ans les mêmes problèmes de valorisation que la filière conventionnelle. Lui-même éleveur de bovins viande en bio, Etienne Gangneron témoigne d’ « une perte de 1€ le kilo à la production, c’est plus que la marge ». Comme en conventionnel, « le sujet de la répartition de la marge est un sujet pour toute la filière », note-t-il, mettant en question la réalité de « l’éthique » prônée par bon nombre de distributeurs. Il reste cependant « moins difficile de passer en élevages bio qu’en cultures bio », précise Claude Cochonneau, président de l’APCA. Christine Valentin, présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère et éleveuse en conversion, en témoigne : si le passage de son élevage laitier en bio est issu d’une réflexion de presque un an, les changements sont principalement liés au temps de travail (davantage de pâturage pour les vaches), pour un résultat multiplié par 1,7. Cependant, le problème est différent pour les cultures de son département. « Les zones sont calcaires, caillouteuses, avant on faisait des cultures sur 7-8 ans en utilisant plus de potasse les dernières années. En bio, on ne pourra plus le faire, et si on laboure davantage, on risque de dégrader les sols ». En revanche, « quand on réussit le passage en culture bio, la valorisation est meilleure qu’en élevage » souligne Claude Cochonneau. La diversification des assolements est l’une des clés. De nombreuses expérimentations sont menées par l’APCA pour faciliter cette transition, par exemple sur la faisabilité des techniques culturales simplifiées en système bio, beaucoup plus compliquées à mettre en œuvre qu’en système conventionnel, avec une gestion en effet difficile des adventices. Néanmoins, avec l’amélioration des pratiques conventionnelles, les deux systèmes sont de plus en plus proches : « la différenciation est moins tranchée avec le développement des signes de qualité, il faut travailler ça sans s’opposer, ce qui demande du doigté», note Claude Cochonneau. D’où l’intérêt, aussi, de développer l’agriculture biologique en lien avec les autres modèles, défend l’APCA.

Les plus lus

Hommage à Armelle Caffin, partie trop tôt
À la suite du décès d’Armelle Caffin dans sa 61e année le 30 décembre 2020, le journal Horizons tient à adresser ses plus vives…
Paul Duchenne glane le titre de meilleur pointeur d'Eure-et-Loir
La finale du concours départemental de jugement de bétail d'Eure-et-Loir s'est déroulée le 7 janvier à Saint-Ulphace (Sarthe).…
Des spiritueux des champs d'Île-de-France à la bouteille
La Distillerie d’Isle-de-France, installée à Fresnes-sur-Marne, produit gin, rhum et eau-de-vie à déguster (avec modération) ou à…
Clémence Drian
Les Gîtes de France reprennent leur autonomie en Eure-et-Loir
La commercialisation des Gîtes de France en Eure-et-Loir n'est plus assurée par l'ADRT, l'association reprend son autonomie.
Les producteurs locaux à la fête !
Évènement organisé par JA 41, Noël à la ferme s’est déroulé le week-end dernier à Vendôme. L’occasion, pour les producteurs…
Caproga : une bonne année
Même si l’assemblée générale de la coopérative Caproga n’a pas pu se dérouler en présentiel, le bilan d’activité 2019 a tout de…
Publicité