Aller au contenu principal

Étienne Dugas, créateur de bijoux

Artisan blésois, Étienne Dugas crée des bijoux fantaisie haut de gamme. Le jeune professionnel travaille à l’instinct.

« Je crée des bijoux fantaisie haut de gamme » déclare Étienne Dugas. À l’issue de sa formation, l’artisan blésois a travaillé pendant deux mois dans un atelier de la région puis il a intégré une couveuse d’entreprises afin de tester un projet de création d’atelier. « J’ai appris la vente, la gestion commerciale et le calcul de prix. Je me suis également constitué un stock et une clientèle. »

À cette époque, le jeune homme travaillait à son domicile. « La couveuse d’entreprises fut une rampe de lancement » dit-il. Après avoir occupé un local, à la fin du bail, il a rejoint un collectif afin de gagner en visibilité.

L’artisan fabrique des bracelets en cuir sertis de perles de pierre. « Celles-ci viennent du monde entier et je les achète sur des salons à Paris. J’échange avec les fournisseurs pour être certain de la qualité. Et, quand j’ai un coup de cœur, j’achète. »

Le créateur trouve son inspiration dans les voyages, les tendances et l’écoute de ses clients. « En dehors de quelques exceptions, je n’ai pas de plan, je travaille à l’instinct. »

Sur un bijou, l’élément central se compose d’un pendentif en corne de vachette mis en valeur avec des pierres. Autre exemple : un collier en argent avec une perle centrale en corne de zébu incrustée de nacre. Autour, il y a des perles de pierre et d’argent. 

Si la clientèle féminine prédomine, son homologue masculin se développe. Étienne Dugas explique : « Je crée des bijoux adaptés aux tenues des clients. Parfois, ceux-ci participent au processus de création. Il m’arrive de les recentrer car le bijou doit être réalisable. Pour le moment, je ne fais ni soudure ni ligne de forge. Sur ces bases, nous choisissons les matières, les formes et les couleurs. Échanger avec des clients ou des confrères me fait évoluer dans mes techniques : à 25 ans, j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. »

Le professionnel utilise plusieurs techniques : découpe du cuir, enfilage de perles, fabrication d’anneaux en métal et émaillage à froid. « En joaillerie, on travaille sur le métal. Dans mon cas, c’est plus de la création. »

L’artisan crée deux collections par an : printemps-été et automne-hiver. « Cela permet de se renouveler raisonnablement car on ne peut pas être créatif tout le temps. Je n’ai quasiment pas de pièce unique. Pour des impératifs de gestion, je fonctionne par petites collections. Mais il ne faut pas non plus que tout le monde ait le même bijou. C’est pourquoi je décline mes collections en différentes couleurs, etc. »

Distribué en Loir-et-Cher, à Orléans (Loiret) et en Bretagne, le Blésois cherche à élargir son réseau. 

Olivier Joly

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité