Aller au contenu principal

Expérimentation de semis de Cipan par drone avant moisson

La Fédération interdépartementale des chasseurs d'Île-de-France mène une expérimentation de semis de Cipan par drone avant moisson.

Les Cipan, ou Cultures intermédiaires pièges à nitrates, sont souvent un casse-tête pour les agriculteurs. Encadrés par la directive Nitrates, ils sont semés après moisson, dans des conditions parfois très sèches qui ne leur permettent pas toujours de lever. Outre leur avantage de captation des nitrates présents dans le sol avant l'hiver, la présence de ces cultures revêt un intérêt particulier pour la biodiversité, notamment pour le gibier. La Fédération interdépartementale des chasseurs d'Île-de-France (Ficif) a donc décidé de prendre le sujet à bras-le-corps et de mener une expérimentation. Début juillet, les agents de la Ficif ont effectué des semis d'un genre tout particulier : au drone et dans des parcelles encore non moissonnées pour espérer profiter de conditions d'implantation plus favorables.

25 kg/ha et 4 ha à l'heure

Ce jour-là, c'est à Aubergenville (Yvelines) que l'expérimentation est menée en partenariat avec Suez et la communauté d'agglomération Grand Paris Seine et Oise, qui procéderont à des études sur la parcelle tout au long de la présence des Cipan et notamment, à l'issue, à des pesées de biomasse.

Le drone agricole, acquis par la Ficif grâce à l'éco-contribution, survole d'abord la parcelle une première fois, à vide, pour cartographier le site. « On prend différents repères sur la parcelle à semer. Ensuite, au moment du semis, l'appareil sera capable de piloter seul ses passages et rentrera automatiquement à sa base de départ lorsque son réservoir sera vide », explique le technicien de la Ficif, Guillaume Ripaux, qui pilote le drone. Positionné à quelques mètres de la parcelle, le drone est chargé de dix kilos de semence. « On utilise aujourd'hui un mélange de radis, vesce, tournesol, sarrasin, moha, trèfle, phacélie et bourrache, précise le technicien. On a choisi de faire cette expérimentation en semant à une densité de 25 kg/­ha et le drone vole à 6 mètres de haut. On avance à un rythme d'environ 4 hectares à l'heure car le drone revient à sa base toutes les 8 minutes pour le changement de batterie. C'est le début de cette technologie et à la vitesse où cela se développe, on sait déjà que l'année prochaine, l'autonomie des batteries aura sûrement doublé ».

Une culture de printemps à la suite

Pour cette première année d'expérimentation, les techniciens de la Ficif ont sélectionné, en lien avec les agriculteurs volontaires, des parcelles d'orge et de blé dans les trois départements de l'ouest francilien. « Du point de vue de la biodiversité, une parcelle nue après moisson n'a aucun intérêt. L'objectif est donc de trouver des solutions pour favoriser l'implantation et la levée des Cipan. Toutes les parcelles concernées auront une culture de printemps l'année prochaine afin de permettre aux couverts de rester en place le plus longtemps possible », précise Guillaume Ripaux. Une cinquantaine d'hectares ont ainsi pu être semés en Île-de-France ouest.

Parallèlement à ce dispositif, la Fédération des chasseurs de Seine-et-Marne a expérimenté le semis des Cipan avant moisson grâce à un automoteur sur 250 hectares. Le bilan des deux tests sera évalué d'ici trois ans.

Regardez notre vidéo :

 

Lire notre article plus récent sur le sujet : Cipan semés au drone : expérimentation aux bénéfices multifactoriels

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Philippe Girardot.
« Entretien des jachères en Seine-et-Marne : une seule et même date d’interdiction pour tout le département, du 10 mai au 1er juillet »
Le président de la commission faune sauvage de la FDSEA 77, Philippe Girardot, explique l'harmonisation les dates d’…
Marc Langé quitte la présidence de l'AIEL.
Irrigants : « J'ai annoncé que je me retirais de la présidence de l'AIEL »
L'assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) s'est déroulée le 25 mars à Chartres. Le point…
À La Boissière-École (Yvelines), le 14 mars. La responsable d'élevage de la Ferme de la Tremblaye, Bérénice Giot, a largement participé à la conception des nouveaux bâtiments de l'atelier bovin.
Ferme de la Tremblaye : une révolution opérée grâce aux nouveaux bâtiments
Au confins de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, la Ferme de la Tremblaye a déménagé tout son cheptel bovins dans des bâtiments…
À Chaingy (Loiret), jeudi 14 mars. La FNSEA 45 a organisé une rencontre
pour mettre à l'honneur la filière orge brassicole.
Du grain d'orge à la bière, les coulisses d'une réalité agricole
À l'occasion de la Saint-Patrick, la FNSEA du Loiret a mis en lumière la filière orge brassicole. Rendez-vous était donné à la…
[VIDÉO] Arnaud Rousseau réagit après le congrès FNSEA
À l'issue des trois jours de congrès qui se sont achevés par un discours du ministre de l'Agriculture, Marc Fesneau, jeudi 28…
« Betteraves 2024 : des semis sous pression »
Jean-Philippe Garnot, président de la CGB* Île-de-France, alerte sur l'absence de solutions face à la jaunisse virale de la…
Publicité