Aller au contenu principal

Portrait
Fabienne Gasselin, la dame au coquelicot

Fabienne Gasselin est depuis une vingtaine d’années designeuse de verre à Oncy-sur-École (Essonne). L’artiste souhaite aujourd’hui créer sa propre galerie pour exposer ses œuvres.  

Depuis presque vingt ans, Fabienne Gasselin expose ses créations lors de salons ou dans des galeries.

Installée à Oncy-sur-École (Essonne), cette designeuse de verre pratique la Tiffany, méthode de création qui reprend les techniques du vitrail.

Pour cela, elle sertit chaque pièce de verre d’un ruban de cuivre adhésif, qu’elle aplatit et soude à l’étain.

Ses autres créations sont de l’ordre du fusing, une technique de verrerie qui consiste en la fusion de deux morceaux de verre, dans un four à 800 °C pendant vingt-quatre heures.

« Je n’ai pas pu m’arrêter de créer »

Fabienne Gasselin se considère avant tout comme une créatrice, une artiste. Issue d’une famille d'artistes, avec un grand-père affichiste de cinéma et un père peintre-designer en Catalogne, elle ne se destinait pourtant pas à la création.

Après avoir étudié les lettres modernes, elle se lance dans l’éducation.

C'est lors de la visite d'une exposition de fusing et de Tiffany qu'elle a un coup de cœur pour cet art. Fabienne Gasselin s'inscrit alors à des cours sur les techniques de création pour pouvoir réaliser ses propres œuvres.

Peu à peu, cette curiosité se mue en addiction. « C’était une évidence », dit-elle maintenant.

Commence alors une aventure artistique : « Je n’ai pas pu m’arrêter de créer », confie-t-elle, jusqu’à organiser des portes ouvertes à son domicile pour ne pas être submergée par ses réalisations.

Parmi ses productions, on retrouve une grande diversité d'objets : plats, vide-poches, abat-jour, bijoux, miroirs...

Le symbole du coquelicot

Dans sa création, un mot d’ordre : faire plaisir. Cela ne l’empêche pas d’être libre dans son art : elle se définit elle-même comme indépendante, étonnante et aimant casser les conventions.

Ce qu’elle préfère créer est lié au mouvement — ce qui évoque son autre passion, la danse —, mais aussi à la couleur, surtout le mauve pour la douceur, et le rouge pour le feu et l’espoir.

Un symbole parmi ses créations la représente particulièrement, c’est le coquelicot. Décorant nombre de ses créations, il représente pour Fabienne Gasselin la résurrection, le dépassement de son blocage à une période où elle ne voulait plus créer.

Une cliente lui avait commandé un service décoré de coquelicots, c'est à la suite de cela qu'elle a repris goût à la création et en a fait son thème fétiche.

Elle souhaite aujourd’hui ouvrir sa propre galerie.

Fabienne Gasselin refuse le modèle de production à la chaîne. Chez elle, chaque pièce est unique, et elle crée lorsqu'elle en ressent le besoin.

Son atelier est ouvert à la visite sur rendez-vous, et elle organise des séances d'initiation et des stages, qui permettent de réaliser ses propres créations.

Les plus lus

Le cressiculteur essonnien Mikaël Morizot chez Top chef le 5 mai
Le cressiculteur Mikaël Morizot a participé à l'émission Top chef. L'émission sera diffusée mercredi 5 mai à 23 h 15 sur M6. L'…
Asperges : la fraîcheur fait la qualité
Charles Lemarié a repris en 2014 la production d’asperges initiée par son père sur l’exploitation de polyculture, en parallèle de…
JA 77 : un groupe communication qui fourmille d'idées
Depuis un an, un groupe communication s’est constitué au sein de JA 77. Très actif sur les réseaux sociaux, ce groupe souhaite…
Alain Denizet publie sur la disparition de l'abbé Delarue
L'historien Alain Denizet publie Le Roman vrai du curé de Châtenay 1871-1914, et revient sur un fait divers qui a défrayé la…
Benjamin Challes, un éleveur bien dans ses baskets
Les élus du Pays de Dreux (Eure-et-Loir) ont visité, le 8 avril, l'exploitation de Benjamin Challes, qui produit des volailles…
La saison va bientôt démarrer à la Fraiseraie de Sours
La fraiseraie de la Ferme du château, à Sours (Eure-et-Loire), dispose désormais de trois serres pour produire ses fraises, qui…
Publicité