Aller au contenu principal

Face au refus de l’Onema, la FDSEA 41 s’invite à l’audition d’un agriculteur

Dans le cadre d’un contrôle sur les zones non traitées (ZNT), la FDSEA de Loir-et-Cher s’est vue refuser l’accompagnement d’un agriculteur lors de son audition. Le syndicat dénonce la lourdeur de la procédure de contrôle.

Le 20 janvier, à Blois. La FDSEA dénonce la lourdeur de la procédure de contrôle.
Le 20 janvier, à Blois. La FDSEA dénonce la lourdeur de la procédure de contrôle.

Le 5 janvier, Francis Laurenceau, agriculteur à Busloup, contacte les services de la FDSEA de Loir-et-Cher : il vient de recevoir un appel de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) suite à un contrôle sur le respect des zones non traitées (ZNT). N’ayant pas respecté cette zone sur l’un de ses îlots, il a reçu une convocation pour une audition à Blois auprès de la Police de l’eau.

La FDSEA propose alors à Francis Laurenceau de l’accompagner lors de son audition afin d’écouter la teneur de la discussion et de le conseiller par la suite dans sa défense. Le 20 janvier, jour de l’audition et d’une réunion du conseil d’administration de la FDSEA, l’Onema refuse la présence de l’animatrice FDSEA, sous prétexte qu’elle n’est pas avocate. Informés en début de séance de ce refus, les membres du conseil d’administration prennent la décision d’aller, tous ensemble, s’inviter à l’audition de l’agriculteur.

La revendication de la FDSEA repose sur la forme de l’audition : le syndicat demande à ce que tout agriculteur puisse être accompagné de la personne de son choix lors des auditions dans le cadre des procédures de contrôle. L’Onema, qui reçoit les administrateurs FDSEA sur le perron de ses bureaux, se retranche derrière la procédure judiciaire : depuis le 1er janvier, les personnes auditionnées n’ont le droit d’être accompagnées que d’un avocat.

Lors d’un premier contrôle par la Police de l’eau, un simple courrier d’information est envoyé à l’agriculteur, l’avertissant du constat d’une infraction dans le cadre du respect des ZNT. Lorsqu’une deuxième infraction est constatée, l’agriculteur reçoit une convocation pour audition, dans le cadre d’une enquête de police judiciaire. Si l’infraction est reconnue par l’agriculteur pendant cette audition, il est sanctionné sous la forme d’une transaction pénale, c’est-à-dire que sa peine est aménagée avec l’obligation de suivre une journée de formation à l’utilisation des produits phytosanitaires, dispensée par la Fedon. Cette formation est aux frais de l’agriculteur, de l’ordre de 120 euros. Si une nouvelle infraction était constatée, l’agriculteur serait convoqué devant le tribunal de Grande instance, avec le risque d’une amende et d’une peine d’emprisonnement.

La FDSEA dénonce la démarche par laquelle sont menés ces contrôles : comment peut-on considérer le mauvais départ d’une rampe comme une infraction pénale ? Le syndicat refuse cette procédure pénale et demande une révision des modalités de contrôle. La FNSEA a déjà validé auprès du ministre de l’Écologie plusieurs des revendications locales, dont la possibilité d’apporter des éléments complémentaires au contrôle à travers une phase contradictoire, comme cela est possible pour les autres types de contrôle propres à l’agriculture.

Dans l’attente des avancements qui pourraient être obtenus au niveau national, la FDSEA, soutenue par les JA, demande la possibilité pour l’agriculteur convoqué à une audition de police judiciaire de pouvoir être accompagné de la personne de son choix et, s’il le souhaite, de son syndicat professionnel. Les contrôles doivent redevenir pédagogiques !

Les plus lus

La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Le gel de début avril a impacté les vignobles romanais (archives).
Un marché international sous tension pour le sauvignon
Le gel a fortement impacté les vignobles romanais. Même si la cave Les Vignerons des coteaux romanais va puiser dans les stocks,…
Le château de Cheverny recevra le salon des vins le week-end des 26 et 27 juin.
L'alliance entre le chocolat de Max Vauché et les vins
Le château de Cheverny accueille, pour la seconde édition, le salon des vins les 26 et 27 juin 2021. Toutes les régions de France…
Publicité