Aller au contenu principal

Familles à l’épreuve de la guerre

Familles à l’épreuve de la guerre est la première exposition du musée de la Grande Guerre à Meaux (Seine-et-Marne) reconnue d’intérêt national.

© Musée de la Grande Guerre, Meaux - Yannick Marques.
© Musée de la Grande Guerre, Meaux - Yannick Marques.

« La guerre 1914-1918 a été marquée par une évolution des liens familiaux et de nouvelles familles sont nées dont nous sommes les héritiers aujourd’hui. Cette exposition n’est pas seulement une exposition qui parle d’histoire. C’est une exposition qui nous parle, parce qu’elle parle de nos aïeux, de nos familles ».

C’est Jean-Yves Le Naours qui parle, docteur en histoire, spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’histoire du XXe siècle et commissaire de l’exposition intitulée Familles à l’épreuve de la guerre, proposée au musée de la Grande Guerre à Meaux. 

Au fil de cette exposition qui présente près de trois cents pièces de collection, le visiteur appréhendera les répercussions de la Grande Guerre sur les familles qui ont subi le conflit. Des thématiques comme les cérémonies, la séparation, l’absence, le retour, les blessures et handicaps à vie sont abordées au cours de cette exposition ouverte au public jusqu’au 2 décembre.

Familles à l’épreuve de la guerre s’est vue décerner par le ministère de la Culture le prestigieux label Exposition d’intérêt national.

Une première pour ce musée ouvert en 2011, qui lui permet de le mettre en lumière au niveau national et international alors que 2018 marque la dernière année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale.

En effet, ce label met en valeur et soutient des expositions remarquables qui apportent des clés de lecture nouvelles aux publics les plus variés. Comme une vingtaine d’autres expositions labellisées au niveau français en 2018, elle bénéficie d’un soutien financier exceptionnel de l’État.

Photo : © Musée de la Grande Guerre, Meaux - Yannick Marques.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité