Aller au contenu principal

Agronomie
Faut-il déclencher le semis des colzas ?

Décider en tenant compte du contexte météorologique passé et prévisionnel du déclenchement des semis de colzas.

© J.L. - Horizons

Les secteurs concernés par les problématiques d’insectes d’automne, nécessitant une levée précoce (avant le 1er septembre notamment en sol superficiel) entrent dans les plages de semis conseillées et donc la question du déclenchement des semis se pose. Un temps sec est annoncé pour les dix prochains jours mais l'humidité accumulée depuis le 20 juillet, dans une large moitié nord, offre un créneau pour de bonnes conditions de levée. Terres Inovia fait le point sur les l’état des lieux des situations et des éléments à prendre en compte pour vous aider à prendre la décision de semer les colzas dans les prochains jours.

Quelles situations concernées pour un semis entre le 10 et le 15 août ?

Pour rappel, la décision de semer se prend en deux temps :

  • d'abord fixer la plage de semis optimale en fonction du sol et du climat (voir cartes ci-dessous) ;

 

Cartes 1.

 

  • puis une fois entré dans la plage optimale, déclencher le semis en fonction de l’état du sol et des prévisions météorologiques.

Si, en sols profonds à forte disponibilité en azote et dans l'ouest de la France, un semis précoce est moins justifié qu'en sols superficiels, les conditions favorables à la levée couplées à un temps sec annoncé sur au moins 15 jours peuvent inciter cette année à saisir ce créneau.

S’ajoute également le contexte climatique de juillet avec des forts cumuls de précipitations dans les secteurs où les récoltes peuvent ne pas être terminées à ce jour (plutôt localisés en bordure maritime), et qui ne seront donc pas concernés par cette interrogation de semis de colza avant le 15 août.

Rappel des bénéfices et des risques du semis précoce autour du 15 août

L’analyse de la balance bénéfice/risque oriente le conseil vers l’intérêt d’un semis précoce. Rappel des paramètres à prendre en compte :

Intérêts du semis précoce :

  • esquiver le risque lié aux altises adultes grâce à une levée avant le 1er septembre pour atteindre le stade 4 feuilles avant le 20 septembre ;
  • permettre une levée rapide et une croissance dynamique du colza en valorisant les températures favorables de fin août et septembre ;
  • bénéficier d’épisodes de pluie globalement plus fréquents en août et en particulier les 15 premiers jours, que début septembre, favorables à la levée et à l’efficacité des herbicides racinaires.

 

Risques du semis précoce :

La faim d’azote précoce (octobre) dans les sols à faible disponibilité en azote :

  • peut rendre vulnérables les colzas vis-à-vis du risque de dégâts des larves d’altises et de charançon du bourgeon terminal ;
  • peut être compensée par l’application d’engrais azoté localisé (maximum 10 unités) ou en plein (maximum 30 unités avant le 1er septembre selon la réglementation en vigueur) et l’association de légumineuses gélives au colza. À noter qu’une faible biodisponibilité du phosphore dans les parcelles peut également pénaliser la croissance du colza l’automne. Dans ces situations, il est particulièrement conseillé de préférer les apports en fin d’été avant l’implantation de la culture.

 

Le risque d’élongation du colza :

  • peut conduire notamment à une sensibilité accrue au gel,
  • est lié à la densité de semis à la sensibilité variétale et à la date de levée, c’est un cumul de facteurs. Mieux vaut un colza élongué qu’un colza qui ne lève jamais. Dans les sols profonds à forte disponibilité en azote, le semis précoce est possible mais il convient alors d’éviter les surdensités (pas plus de 30-35 plantes levées par m² en semis classique et pas plus de 20-25 en semis de précision) et d’éviter les variétés à forte sensibilité à l’élongation automnale.

Clé de la décision : le contexte météorologique des semaines précédentes et à venir.

 

État des cumuls de pluviométrie au 4 août 2023

La période du 1er au 20 juillet dernier étant globalement sèche sur l’ensemble du territoire, ce sont les cumuls de pluie depuis le 20 juillet dernier qui sont à prendre en compte pour expliquer le contexte météorologique et d’humidité des sols actuel dans les différents secteurs. À ce jour, trois zones se distinguent selon les cumuls de pluviométrie depuis les deux dernières semaines :

Carte 2.
  • zone 1 avec des cumuls faibles à moyen (de 0 à 20 mm) ;
  • zone 2 avec des cumuls moyens à élevés (de 30 à 80 mm) ;
  • zone 3 avec des cumuls élevés à très élevés (entre 80 et 150 mm voire plus).

 

En dehors des situations avec des cumuls de précipitations inférieurs à 30 mm depuis le 20 juillet, la fraicheur est présente sur l’ensemble de l’horizon 0-20 cm. Voire en excès dans les parcelles ayant cumulé une pluviométrie importante ces deux dernières semaines. Cela nécessite un temps de ressuyage avant toute intervention.

Prévisions de cumuls de pluie au 8 août

L’Acta propose des cartographies de probabilités de cumul de pluie espéré sur les deux prochaines semaines (du 7 au 14 août et du 14 au 21 août prochain), qui apportent une information complémentaire à celle des prévisions météorologiques pour aider à la prise de décision. Ces cartes sont remises à jour tous les jours à 10 h 30 sur le site https://aleapluie.modelia.org/index.php. Comme le montrent les cartes ci-dessous, les prévisions météorologiques annoncent une très faible probabilité de recevoir au moins 10 mm sur la plupart des régions d’ici les deux prochaines semaines.

Carte 3.
Carte 4.

 

Sauf pour le tiers sud de la France, les conditions sont donc plutôt inédites avec des sols frais à humides. Et une fois n’est pas coutume, ce sont davantage les cumuls de pluie passés qui vont orienter la décision de semer, plutôt que les pluies à venir.

Réflexion sur le déclenchement des semis

Beaucoup d’agriculteurs s’interrogent sur la possibilité de déclencher le semis des colzas. Les conditions pour une levée réussie du colza sont remplies dans de nombreuses situations. Plusieurs critères sont à prendre en compte pour décider de déclencher le semis :

  • la présence de fraîcheur dans le profil,
  • l’état du lit de semence : affiné ou motteux et/ou nécessitant un travail de sol avant le semis.

 

Nous pouvons distinguer trois situations différentes : pour chacune des situations, nous faisons le point sur la pertinence de déclencher le semis.

Ces recommandations sont des pistes de réflexion, permettant à la fois un bon positionnement de la graine et une levée permise sans pluie après le semis pour s’adapter au contexte de l’année.

Conseil de semis

Si vous décidez de semer vos colzas, quelques recommandations sont à prendre en compte :

  • dans un contexte de sol frais et d’absence de pluie significative annoncée post-semis, conserver la fraicheur. Semer dans la foulée en cas de travail du sol et rouler après le semis (en sol sensible, le risque de battance peut être limité cette année car les levées devraient être rapides et aucune pluie significative n'est annoncée dans les 15 jours à venir, le roulage semble donc moins risqué que d'habitude) ;
  • ne pas semer superficiellement : l’objectif est de positionner la graine au plus près de la fraicheur, même à 4-5 centimètres, tout en l’éloignant de la zone superficielle de risque d’assèchement (horizon 0-4 cm selon la méthode de semis utilisée). Attention, en cas de semis de plantes compagnes avec le colza, les semis profonds peuvent pénaliser la levée des petites graines (trèfles notamment) ;
  • privilégier les semis au semoir monograine ;
  • adapter sa stratégie désherbage : en cas de travail du sol, les conditions de fraicheur du sol après le semis seront favorables à l’absorption des produits racinaires de prélevée (surtout dans les programmes contre le ray-grass). En situation de semis direct avec présence de paille, et/ou de stratégie contre le vulpin, et/ou de présence de plantes compagnes : possibilité de décaler les applications d’herbicide racinaire en post levée précoce. Attention à l’absence de sélectivité des programmes de pré-semis incorporé (napropamide) sur les plantes compagnes en dehors de la féverole ;
  • surveiller les limaces : les conditions d'humidité du sol en surface et la forte présence de résidus de paille sont particulièrement favorables à la multiplication et à l’activité des limaces. Évaluer le niveau de risque par observation ou si nécessaire par piégeage avant le semis.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Nicolas Roch nous a quittés
Nous avons la tristesse d'apprendre le décès de Nicolas Roch, survenu accidentellement lundi 3 juin à l'âge de 46 ans.
Même si Miss France ne vient pas cette année, rendez-vous tout de même ce week-end au comice agricole de Dangeau.
Rendez-vous à Dangeau ce week-end pour le comice
La grande famille des éleveurs donne rendez-vous à tous ce week-end pour le comice agricole Perche et Dunois, à Dangeau.
Mercredi 15 mai, à Janville-en-Beauce. En présence du président et du directeur général de Cristal Union, Olivier de Bohan et Xavier Astolfi (au c.), le président de la section Pithiviers-Toury, Olivier Duguet (à g.), a ouvert son assemblée générale par l'annonce d'un prix record pour les betteraves.
Betteraves : Cristal Union annonce un prix record
La section Pithiviers-Toury de la coopérative Cristal Union a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mai à Janville-en-…
Vendredi 17 mai, à Dangeau. Le jeune éleveur Victor Forge (à g.) a expliqué les difficultés de désherbage de sa nouvelle parcelle de lavande, travail manuel requis.
Le comice de Dangeau est lancé
Quel lien y a-t-il entre une entreprise spécialisée dans la production de godets pour l'agricole et le BTP, les établissements…
D'anciennes variétés de blé de nouveau au goût du jour
Damien Foussereau, céréalier à Authon, a décidé de se lancer dans la meunerie et de cultiver des variétés de blé anciennes. Une…
Vincent Portier vit sa première campagne en tant que producteur de fraises à Tour-en-Sologne. Pour le moment, la récolte se passe bien malgré un manque de main d'œuvre qui pose des soucis au quotidien.
Vincent Portier lance sa première récolte de fraises
Les fraises sont de sortie et les cueilleurs s’activent pour remplir les barquettes de 250 ou 500 grammes. Vincent Portier,…
Publicité