Aller au contenu principal

Ferme de Dieu l’Amant : du poussin au produit fini

Mathieu Birckel a repris l’exploitation avicole familiale, la ferme de Dieu l’Amant, à Villemareuil. Toute la production est commercialisée en direct ou auprès de professionnels.

Villemareuil, jeudi 14 avril. Sur l’exploitation de Mathieu Birckel, les poussins arrivent à un jour, sont élévés, abattus, voire découpés et cuisinés sur le site.

Aviculteur à la ferme de Dieu l’Amant à Villemareuil, Mathieu Birckel reçoit ses poussins à un jour et les installe dans des bâtiments chauffés au gaz.

Toutes les huit semaines, une bande d’environ quatre mille poussins arrive depuis la Vendée où se trouve un couvoir réputé. Mis à l’herbe dès l’âge de huit semaines, les poulets sont abattus à douze-treize semaines.

En parallèle, l’exploitation agricole dispose de soixante hectares regroupés autour de l’exploitation. Consacrées au blé et au maïs, ces surfaces permettent à Mathieu Birckel, qui a repris l’exploitation familiale en 2007, de produire son propre aliment. Un bâtiment central regroupe alimentation et paille.

Les animaux sont abattus au sein de l’abattoir agréé CE de l’exploitation, puis certains sont découpés dans l’atelier de découpe attenant. Afin de limiter le coût de l’équarrissage, les plumes sont compostées et mélangées au fumier. Quant aux carcasses saines, elles partent chez un éleveur de chiens. Ces débouchés réduisent de 50 % le coût de l’équarrissage.

Poulets, mais aussi dans une moindre mesure pintades, canards — qui bénéficient d’une étendue d’eau pour s’ébattre — et volailles festives de fin d’année sont commercialisées sur cinq marchés locaux, à la boutique à la ferme ouverte en fin de semaine, dans les cueillettes et auprès de professionnels, principalement des restaurateurs.

La clientèle vient ici pour l’authenticité et la qualité, même si les produits transformés, cuisinés sur place, et découpés sont légèrement plus chers.

« Produire du poussin au produit fini c’est bien, mais c’est 24h sur 24. Il faut savoir s’entourer de bons salariés », conclut Mathieu Birckel, qui emploie six personnes.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité