Aller au contenu principal

Fièvre Q : mieux vaut prévenir

La réunion de la section bovine du GDS 28 le 5 février à Miermaigne a été l’occasion pour la MSA de faire une intervention sur la fièvre Q et les risques induits sur la santé humaine.

Le 5 février, à Miermaigne. Pour Hélène Agasse, médecin de la MSA, en cas de fièvre Q dans un troupeau, il faut adopter des mesures de protection comme le port d’un masque adapté, la contamination se produisant par inhalation.

Hélène Agasse, médecin, et le conseiller en prévention, Gilles Breton, de la MSA Beauce/Cœur-de-Loire, sont intervenus le 5 février lors de la réunion de la section bovine du GDS 28, pour parler des conséquences sur la santé humaine de la fièvre Q.

En effet, comme d’autres pathologies affectant les bovins, la fièvre Q est une zoonose, c’est à dire qu’elle est transmissible directement ou indirectement à l’homme. « C’est une bactérie virulente qui se met dans la terre et peut sporuler pendant des années. Une bactérie suffit pour infecter l’homme. La transmission se fait par voie respiratoire », a expliqué le médecin.

Et s’ils sont intervenus, c’est qu’il y a eu quelques cas dans le sud du département.

Aussi, en cas de suspicion dans un élevage, il est important de prévenir son vétérinaire et d’alerter les services de la sécurité au travail de la MSA, qui procèdera à une évaluation du risque. L’incubation chez l’homme dure de 10 à 17 jours. Il existe une forme aigüe et une forme chronique dans 2 à 3 % des cas. « 

 Les facteurs favorisants l’évolution chronique sont une valvulopathie cardiaque, une grossesse ou une immunodépression », a souligné Hélène Agasse.

Pour la forme aigüe, dans 60 % des cas il n’y aura aucun signe et pour 40 % des symptômes grippaux (fièvre, courbature).

Le traitement se fait par antibiotiques. Aussi : « en cas de grippe hors saison, il faut prévenir le médecin de son métier. En effet, en l’absence de traitement il y a un risque de complications et de séquelles lourdes », a prévenu le médecin de la MSA.

Sur le troupeau, il convient d’isoler les animaux malades, de respecter les consignes du vétérinaire, de désinfecter les bâtiments et de porter un masque de protection de type FFP2.

La manipulation des fumiers est particulièrement à risque. Il faut éviter de les exposer au vent et plutôt les manipuler lorsqu’ils sont humides.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La perdrix grise, une des productions phares de l\'élevage, est plutôt destinée aux départements limitrophes.
L'interdiction de chasser impacte les éleveurs de petit gibier
Thibault Pelletier élève du petit gibier à Écublé (Eure-et-Loir). Une activité fortement impactée par les mesures d'interdiction…
Baisse attendue du résultat des exploitations en 2020
Le CERFrance alliance Centre a livré les chiffres de son panorama des exploitations euréliennes. Rencontre avec son directeur,…
Pa'dou, ou la patate douce acclimatée en Eure-et-Loir
Séverine et Rodolphe Pichard, installés sur leur ferme de Louasville, sont à l'origine de l'introduction de la culture de la…
« Nos décideurs se fichent de nous  ! »
Betteravier à Villexanton (Loir-et-Cher) pour le compte de Tereos, Bertrand Menon accuse une perte de rendement de 50  % à cause…
Le Gaec Perron est équipé d’un robot de traite depuis 2013. Celui-ci sera renouvelé en 2021.
Julien Perron, éleveur-multiplicateur
Installé en Gaec à Sainte-Anne (Loir-et-Cher), Julien Perron produit du lait de vache et multiplie des semences certifiées de…
Benjamin Demailly, nouveau président du PNR du Vexin français
Benjamin Demailly, 26 ans, vient de prendre la présidence du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français. Portrait.
Publicité