Aller au contenu principal

Filière porcine française : Face à des enjeux colossaux

Une journée dédiée à la compétitivité du secteur porcin s'est déroulée le mardi 5 décembre.

Davantage d'innovation, de valeur à l'export, de modernisation de l'abattage-découpe et des élevages, de financements efficaces et de contractualisation : la filière au pied du mur se retrouve devant des chantiers considérables. En toile de fond, le renouvellement des générations menace l'accélération d'un chamboulement profond. «Aujourd'hui, la filière porcine française est en saturation. On est à un point de rupture qui se traduit par un plafonnement de la production. [...] Le modèle d'élevage à la française a atteint ses limites», analyse Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine à l'occasion de la 3ème journée d'échanges sur le thème de la compétitivité, organisée par l'Institut du porc (Ifip) le mardi 5 décembre. Si la filière française présente des avantages certains à ne surtout pas omettre, elle pâtit d'un déficit de compétitivité établi et reconnu de tous vis à vis de ses principaux pays concurrents, en premier lieu desquels figurent l'Allemagne et l'Espagne. «Les performances zootechniques sont bonnes et la production hexagonale bénéficie d'une excellente image», tempère néanmoins Christine Roguet, économiste à l'Ifip. Mais la concurrence étrangère présente elle aussi des atouts qui aujourd'hui lui permettent de prendre l'avantage sur la production française. Parmi les nombreuses raisons, la taille des exploitations concourt fortement à cette situation.

Un modèle familiale en difficulté

En France, la moyenne de porcs par exploitation est d’environ 200 truies, chez les pays voisins, celle-ci s'évalue à trois fois plus. « Notre taille d'élevage devient un point faible », prévient ainsi Philippe Levannier, responsable Installation et restructuration chez Triskalia. Un décalage dans la production qui se retrouve à toutes les étapes de la chaîne. Les abattoirs français exécutent près d'1,9 million de têtes par an contre plus de 3 millions (voire bien au-delà) aux Pays-Bas, en Allemagne ou au Danemark. L'Espagne, de son côté, à l'instar des États-Unis, s'apprête a encore augmenter ses capacités de l'ordre de +6 millions de porcs à abattre par an. Par ailleurs, la modernisation des élevages français reste un défi lorsque l'on sait que l'âge moyen des porcheries est de 20 ans. L'Institut du porc chiffre entre 2 et 3 milliards d'euros les besoins financiers pour rénover le parc de l'élevage français. « Pour un élevage neuf de 350 TNE (truie-naisseur-engraisseur) de capacité, on tourne autour de 2 à 3 millions d'euros », précise Christine Roguet. «Le modèle familial a du plomb dans l'aile», déclare, l'air désabusé, Paul Auffray. Selon lui, la concentration des élevages et des capitaux est une réalité qu'il faut prendre en compte. Dans un contexte où le renouvellement des générations pose grandement question.

Un éleveur sur deux va partir

Quid du renouvellement des générations ? «La pyramide des âges des éleveurs français devient inquiétante», constate Paul Auffray. La perspective affiche une situation des plus inouïes : un éleveur sur deux va céder son exploitation dans les dix ans à venir. «Aujourd'hui, on n'a pas les gens pour les remplacer», insiste le représentant des producteurs porcins. Dans les lycées agricoles, la plupart des jeunes ne s'orienterait pas vers les filières de production et encore moins dans le secteur porcin. Un élevage compris entre 150 et 400 truies s'évalue dans la fourchette 500 000 à 1 million d'euros, sans considérer le foncier. Dans le cas particulier de la région des Côtes d'Armor, «A 300 à 500 euros le coût pour une truie en période de crise, une exploitation de 300 truies c'est 150 000/200 000 euros d'apports minimum», explique Jérôme Guiard, directeur Marchés et Offres au Crédit Agricole des Côtes d'Armor. Le constat est donc là. A titre indicatif, en Bretagne, région qui compose pour les trois quarts de la production, les derniers chiffres publiés par la MSA affichent un nombre de 32 installations en 2015 (28 en 2014 et 38 en 2013). Une véritable politique de formation des jeunes devrait, selon Paul Auffray, être mise en place. En parallèle, de nouvelles formes de financements via la BPI (banque publique d'investissement) ou des fonds de garantie devraient être proposées. Le risque serait de voir apparaître des modes «d’intégrations par les firmes», avertit le représentant de la FNP, comme aux Pays-Bas ou en Espagne, des organisations où le producteur est réduit à un simple rôle d'exécutant.

Les plus lus

De l'élevage à la boutique, une chèvrerie moderne qui facilite le travail
La chèvrerie Les Fromages de chèvre Moret, à Tancrou (Seine-et-Marne), est installée dans un bâtiment neuf en bois. Du bâtiment d…
Luc Lorin (archives)
Des rendements corrects en vue pour l'Eure-et-Loir cette année
Le concepteur de Visio-Crop, Luc Lorin, a fait tourner son modèle pour évaluer la future récolte de blé eurélienne.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Un concombre 100 % Loiret
La saison de production des concombres vient de démarrer. Jacky Chéron, maraîcher à Saint-Denis-en-Val (Loiret), nous parle de…
Un excellent bilan pour FarmViz après un an d'activité
La société FarmViz est spécialisée dans la gestion de la ventilation du stockage des grains. Un an après le début de ses…
« Opération Parcelles fleuries : nourrir, communiquer et embellir »
Président du canton de Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne), Jean-Baptiste Benoist développe depuis 2017 une ­opération « Parcelles…
Publicité