Aller au contenu principal

Magazine
Sophie Bourcier, fondeuse de bronze

Portrait Sophie Bourcier est depuis une quinzaine d’années fondeuse de bronze à Bagneaux-sur-Loing (Seine-et-Marne), où elle a ouvert la Fonderie de Portonville.

C’est en 2005 que Sophie Bourcier crée sa fonderie de bronze, sur les bords du Loing, près de Nemours (Seine-et-Marne). Auparavant directrice financière, elle pratiquait la sculpture en tant que loisir.

Ce n’est qu’après un stage de découverte intensif, au cours duquel la sculpture du bronze se révèle à elle, qu’elle décide de changer de vie.

Sa passion se transforme, quelques années après ce stage, en métier. Sophie Bourcier est aujourd’hui artisan d’art.

« Dans notre atelier, tout est fait à quatre mains, avec Florence, du premier moulage au polissage du bronze, confie-t-elle. Les artistes aiment notre travail, et notre minutie permet la réalisation de belles choses ».

Son travail est reconnu. Depuis quelques années, elle fond de petites pièces pour la Réunion des musées nationaux, dont le Louvre, destinées à la boutique souvenirs.

En 2021, elle a pu concevoir et fondre les nouveaux trophées des Victoires de la musique, auparavant en cristal. Elle a aussi fondu le trophée de l’Œil d’or du documentaire du Festival de Cannes, trophée qu'elle crée en 2015.

Ce trophée a été remis en 2017 à JR et à Agnès Varda.

Rénovations et créations

La rénovation de pièces en bronze pour le Ritz lui a aussi été confiée. Éléments de grilles, de balustrades, décorations de meubles ou de portes, Sophie Bourcier a réalisé nombre de petits objets pour le palace parisien.

Mais l’artiste n’en perd pas de vue ses premiers clients, les artistes, pour autant. Travaillant à la commande, elle fond les sculptures d'artistes contemporains qui les réalisent préalablement en plâtre ou en terre cuite.

La sculpture en bronze ne s’improvise pas et il faut un long travail en amont pour pouvoir la réaliser. Ainsi, un premier moule est réalisé en plastiline, auquel elle ajoute du silicone élastomère et un catalyseur en cinq à six couches.

En plaçant des petits bâtons de colle qui vont fondre et un entonnoir, elle coule de la cire pour créer une réplique de la pièce.

Ensuite, vient la fabrication d’un autre moule, éphémère : il ne dure que le temps de fondre la pièce. Celui-ci est conçu dans du plâtre réfractaire, qui résiste mieux au feu et à la chaleur. Le moulage en cire est placé dans ce moule.

Une fois fondue, la cire fait place au bronze pour être coulé, à partir des tiges laissées par les bâtons de colle et de l’entonnoir. Le bronze peut être versé.

L’excitation de voir ses réalisations pousse l’artiste à les démouler assez rapidement. Il reste encore la patine et les finitions à faire avant de voir la pièce telle qu’elle sera présentée.

Photos © Daniel DRI

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
De g. à d.	: Samuel Vandaele, Olivier Barnay, Christophe Hillairet, Marc Guillaume et Guillaume Lefort.
Les chambres d'Agriculture engagent un rapport de force avec l'État
La session d'automne de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France s'est tenue le 29 novembre à Paris sur fond de tensions…
Lundi 28 novembre, à Chartres. Le président de la chambre d'Agriculture des Deux-Sèvres, Jean-Marc Renaudeau, a été invité en session pour expliquer ce qui se passe autour des projets de retenues de substitution.
Le débat autour des bassines dans les Deux-Sèvres s'invite en session Chambre d'Eure-et-Loir
L'ultime session de l'année des membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se déroule le 28 novembre sous la houlette de…
Publicité