Aller au contenu principal

Magazine
Fontainebleau célèbre Napoléon

Le 5 mai 1821, Napoléon I er mourait à Sainte-Hélène. Deux siècles plus tard, le Château de Fontainebleau célèbre ce bicentenaire et présente ses nouvelles acquisitions.

À l’occasion du bicentenaire de la mort de ­l’empereur Bonaparte, le Château de ­Fontainebleau (Seine-et-Marne) présente de nouvelles pièces, exposées au sein du Musée ­Napoléon I er. Celles-ci sont issues d’une donation de la famille Bonaparte en 1986.

Ce musée présente de nombreuses pièces ayant appartenu à l’empereur, dont des vêtements ou le berceau de son fils ou encore un globe terrestre (notre photo).

Un moule à oublie, ancêtre du moule à gaufre, à l’effigie de Napoléon I er et qui aurait été utilisé en 1810 ou en 1840 lors du retour du corps, est présenté au public aux côtés de porcelaines précieuses issues d’une donation récente.

On trouve aussi un portrait de Thomas Berthereau, président du tribunal civil de la Seine, né à ­Coulommiers (Seine-et-Marne). Cet homme est l’un des rares magistrats à s’être opposé au divorce de Joséphine de ­Beauharnais et de Napoléon I er en 1809.

Il a été décoré de la Légion d’honneur en 1811, après avoir participé à la rédaction du Code de procédure civile voulu par l’empereur.

Une horloge fabriquée par Pierre-Louis-Arnulphe Duguers de Montrosier, représentant le roi de Prusse Frédéric II, ennemi de Napoléon, est aussi exposée. Longtemps rangée dans les réserves du Mobilier national, elle a trouvé sa place au sein du musée il y a peu.

À la mort de l’horloger, son épouse, peu fortunée, la dépose en gage.

Ne parvenant pas à rembourser ses dettes, l’horloge est récupérée par l’État, qui la dépose dans les réserves. Il était inenvisageable d’exposer dans une demeure impériale une horloge vantant les honneurs d’un ennemi de Napoléon.

Son exposition au public dans une demeure impériale est donc une première.

Le film promotionnel réalisé par le Château de Fontainebleau au sujet de l'exposition.

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité