Aller au contenu principal

Territoire
Françoise Souliman a pris ses fonctions de préfet lundi

La cérémonie d'installation de Françoise Souliman, préfet d'Eure-et-Loir, s'est déroulée à Chartres, le 25 janvier.

« Je suis fière et heureuse d'arriver en Eure-et-Loir, un poste prestigieux qui conclut mon périple gaulliste qui a débuté à Colombey-les-Deux-Églises », déclare Françoise Souliman au terme de la cérémonie d'installation qui marque sa prise de fonction de préfet d'Eure-et-Loir, le 25 janvier, à Chartres.

Comme le veut la tradition, elle a déposé une gerbe au Monument aux Morts, Butte des Charbonniers et une autre devant la stèle Jean Moulin, place de la Résistance, avant de rencontrer la presse.

Et Françoise Souliman semble vouloir prendre le taureau par les cornes : « Je vais très vite découvrir le territoire. Je vais m'employer à aller voir chacun. J'aime aller sur le terrain, vous risquez de m'y voir souvent. J'aime bien être identifiée comme porteuse de l'autorité publique », souligne-t-elle.

Madame le préfet — c'est ainsi qu'elle souhaite être appelée — devrait rencontrer très rapidement les institutionnels du monde agricole et a même prévu une visite d'entreprise dès lundi prochain.

« Je ferai d'ailleurs une grande visite de terrain chaque semaine », promet-elle. Elle souhaite se placer dans une tradition d'écoute des élus, d'aide au territoire et de prise de décision « quand il sera temps de le faire ».

Elle sait que la crise sanitaire sera le fil rouge de son exercice : « mais la situation ici, n'a rien à voir avec la vague qui a submergé la région Auvergne-Rhône-Alpes, d'où je viens, qui a connu plus de six cents morts lors de cette deuxième phase ».

Autre grand dossier sur son bureau, le Plan de relance « afin d'aider les entreprises à passer ce mauvais moment » et aussi l'aménagement du territoire : « je ne veux pas oublier la ruralité », assure-t-elle.

Avant d'être nommée en Eure-et-Loir à 60 ans, Françoise Souliman est entrée dans le corps préfectoral en 2004 en tant que directrice de cabinet du préfet des Hautes-Alpes.

Elle a exercé ensuite dans le Var, la Haute-Garonne puis l'Ille-et-Vilaine avant d'être nommée préfet de Haute-Marne en 2016, puis de l'Ardèche en 2018 : « un département beaucoup moins rural qu'on ne l'imagine. Certes il y a les gorges mais il y a aussi de très belles entreprises. C'est un département compliqué mais attachant où les gens se sentent Ardéchois avant tout ».
 

 

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
MFR de Chaingy : la nouvelle directrice dévoile ses objectifs
Directrice de la MFR de Chaingy (Orléans) depuis septembre 2020, Émilie Gabion nous parle de ses missions au sein de l’…
Publicité