Aller au contenu principal

Portrait
Gabrielle Légeret, de l'or dans les mains

En 2020, Gabrielle Légeret a commencé à s’engager en faveur des artisans et producteurs de la région avec son podcast « De l’or dans les mains ».

Diplômée de Sciences Po, Gabrielle Légeret, 27 ans, a grandi dans un petit village de ­Touraine. Malgré ce parcours scolaire brillant, la jeune femme n’avait pas d’idée précise de ce qu’elle souhaitait faire.

Cependant, ces années dans la capitale ont fait naître en elle un profond sentiment d’injustice. « Venant d’un petit village, j’ai trouvé cela très compliqué de construire son parcours d’orientation, d’avoir la bonne information à temps, d’avoir les moyens de partir faire des études et d’avoir confiance en soi. Je pense avoir eu beaucoup de chance car dans mon parcours, j’ai rencontré un enseignant qui m’a fait confiance. »

Forte de ce constat, Gabrielle contribue à la création de Chemins d’avenirs en 2016. « Cette association a pour mission de permettre aux jeunes issus des zones rurales et des petites villes, d’avoir autant de chances de réaliser leur potentiel que les jeunes qui grandissent dans une grande métropole ».

Cette volonté de donner à tous les mêmes chances de réussite demeure le fer de lance de la jeune femme.

Valoriser les savoir-faire

Après une expérience aux services culturels de l’ambassade de France à New York, puis dans une grande agence de conseil, Gabrielle fait le choix de l’engagement en faveur des territoires ruraux en créant « De l’or dans les mains ».

« C’est une façon de rendre la monnaie de sa pièce à mon territoire et de contribuer à réduire la distance avec le monde paysan. En arrivant à Paris en 2012, j’ai réalisé à quel point je n’avais pas eu la même enfance que mes camarades qui avaient grandi en ville. Il existe une vraie déconnexion entre les grandes métropoles et la ruralité qui impacte notre façon de consommer et creuse la fracture territoriale. »

Elle illustre : « Certains ne reconnaissent pas les fruits et légumes de saison. Ils ne savent pas ce que sont les moissons et encore moins ce que représente le travail d’un agriculteur. Je trouve ce fossé dangereux. Ce podcast, c’est un moyen pour moi de donner de la voix aux territoires ruraux et à ceux qui les font vivre. C’est leur tribune, pour qu’ils puissent se raconter ».

« Des hommes et des femmes indispensables »

À travers ses podcasts, Gabrielle Légeret veut ainsi mettre l’accent sur les savoir-faire des territoires ruraux et notamment ceux de sa région Centre-Val de Loire.

« Je veux montrer à quel point ces hommes et ces femmes dont on ne parle pas sont indispensables à la vitalité de nos territoires. Il faut les préserver et leur donner les moyens de leur pérennité. Si nous laissons ces savoir-faire mourir, nos villages vont devenir des dortoirs. »

« D’ici trois ans, c’est un agriculteur sur trois qui sera parti à la retraite, et le taux de remplacement est particulièrement faible, alerte-t-elle. Il faut en parler ! ».

Vous pouvez aussi retrouver Gabrielle Légeret et son podcast sur Instagram, Facebook et Twitter

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Mercredi 24 janvier, tôt le matin, au rond-point du supermarché Cora, plus d'une cinquantaine de tracteurs ont répondu à l'appel à mobilisation lancé par la FNSEA 41 et JA 41 pour prendre la route vers la préfecture de Blois.
FNSEA et JA 41 se mobilisent à Blois
La colère des agriculteurs a grondé en Loir-et-Cher et plus précisément à Blois, devant les locaux de la préfecture, mercredi 24…
Charles Perdereau, Président de JA Centre-Val de Loire.
Charles Perdereau : « Nous voulons des actes ! »
Les premières grosses mobilisations ont pris de l’ampleur tout au long de ces derniers jours un peu partout en France. La montée…
Mardi 23 janvier, à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, en visite dans l'exploitation de Paul Dubray,
Valérie Pécresse à la rencontre des agriculteurs
Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, s'est rendue mardi 23 janvier à Boissy-l'Aillerie (Val-d'Oise) sur…
« Nous appelons à une mobilisation forte ce dimanche 28 janvier dans notre département »
Bertrand Petit, président de la FNSEA 28, et Guillaume Chenu, président de JA 28, prennent la parole dans un contexte de ras…
Les marques de Lactalis ont été épinglées par les éleveurs de la FNSEA et de JA d'Eure-et-Loir.
Les éleveurs ciblent Lactalis
Les éleveurs laitiers de la FNSEA 28 et de Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir ont mené une action au sein du Centre Leclerc de…
Lydie Boussin trie elle-même ses œufs bio à la main car elle n'emploie personne sur son exploitation.
Élever des poules pondeuses bio, oui, mais à quel prix ?
Il y a dix ans, Lydie Boussin est devenue éleveuse de poules pondeuses bio. Aujourd’hui, face à la saturation du marché, la jeune…
Publicité