Aller au contenu principal

Gâtichanvre cherche des surfaces supplémentaires

Gâtichanvre Ile-de-France cherche de nouvelles surfaces en chanvre au sein du parc naturel régional du Gâtinais.

Organisée par le Parc naturel régional du gâtinais, une réunion de présentation de la culture du chanvre et de la structure Gâtichanvre s’est tenue le lundi 22 juin à Arbonne-la-Forêt en présence d’une quinzaine d’exploitants agricoles du canton de Perthes, La Chapelle-la-Reine et des communes limitrophes de l’Essonne, tous situés dans le périmètre du parc.

Cette réunion avait pour objectif de lever des surfaces sur ce secteur afin de passer à 500 ha au minimum de chanvre pour la campagne 2016, puis 700-800 les années suivantes afin d’alimenter la nouvelle usine de défibrage à Prunay-sur-Essonne qui sera opérationnelle pour la récolte 2016.

Comme l’a rappelé Hervé Hardy, polyculteur en charge du volet agricole de Gâtichanvre Ile-de-France, les prémices de cette culture dans le secteur remontent à 2008. Des essais ainsi qu’une étude de faisabilité ont été réalisés de 2009 à 2011.

Quant aux producteurs – sept dont trois seine-et-marnais, ils se sont structurés dès 2011, via l’association Chanvre avenir suivi deux ans plus tard de la création de la SARL Gâtichanvre. Au fil des années, la production est montée en puissance pour atteindre 238 ha en 2015.

Un des associé s’est équipé d’une batteuse, ce qui facilite l’organisation des chantiers de récolte. Dans le même temps, un partenariat avec la Cavac (coopérative vendéenne) est signé pour le traitement de la production.

Si la culture se positionne bien au niveau économique, c’est l’aspect diversification de la culture qui apporte le plus. En outre, la contractualisation sur trois ans donne de la lisibilité aux producteurs et à Gâtichanvre.

Deux autres réunions ont eu lieu à Puiseaux et Pithiviers.

Photo : Cetiom

Les plus lus

En Seine-et-Marne, le coup d'envoi de la moisson 2021 a été donné début juillet. Cette récolte, débutée tardivement, se déroule par intermittence en raison des nombreux épisodes pluvieux qui surviennent régulièrement depuis deux semaines.
En Île-de-France, la moisson tarde à s'enclencher
Manque d'ensoleillement, excès d'eau…, la moisson francilienne tarde à débuter. Les toutes premières récoltes ont eu lieu la…
Banderole "Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles" au bord d'une jachère fleurie en Seine-et-Marne..
« Grâce aux agriculteurs, des fleurs pour nos abeilles »
Des exploitants agricoles de Seine-et-Marne affichent des banderoles près de leurs jachères fleuries.
Lorsqu'elle est pleine, la ­moissonneuse-batteuse peut peser jusqu'à 30 tonnes : la désembourber s'avère alors très compliqué.
Moissons : les agriculteurs s’embourbent dans le retard
Dans le Loiret, les premiers agriculteurs ont timidement commencé à récolter la semaine dernière mais la météo pluvieuse ne…
Le 22 juillet, à Saulnières. Maxime Vecten est ravi de sa toute nouvelle ­moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250.
La récolte avec une géante : l'Axial Flow 9250 de Case IH
La société Duret vient de livrer une moissonneuse-batteuse Case IH Axial Flow 9250. Petit tour aux côtés de son heureux…
Les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume qui lie pompiers et agriculteurs.
Feux de chaume : agriculteurs et pompiers main dans la main
À l'aube de la moisson 2021, les Yvelines, l'Essonne et le Val-d'Oise sont désormais dotés d'une convention Feux de chaume signée…
Alexandre Pelé est le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves Centre-Val de Loire.
Quelles perspectives d’avenir pour la filière betteravière ?
Après l’annonce de Cristal Union d’un prix de la betterave à 30 euros/tonne, Alexandre Pelé, président de la Confédération…
Publicité