Aller au contenu principal

Édito
Gel : la solidarité nationale et régionale doit être au rendez-vous ! 

Les premières nuits d’avril marquées par une chute historique des températures et des gelées destructrices viennent mettre un coup d’arrêt à la croissance et à la fructification de nombreuses plantes, menaçant des centaines d’exploitations et plusieurs filières de production agricole. Le président de la FNSEA 45, Patrick Langlois, adresse un message de soutien aux producteurs et appelle les pouvoirs publics à un accompagnement massif pour sauver les exploitations les plus impactées. 

D’abord, je souhaiterais m’associer à la peine des agriculteurs du Loiret lourdement impactés par l’épisode de gel d’avril 2021, saluer leurs efforts pour limiter les dégâts et exprimer la solidarité de la FNSEA 45 dans cette épreuve tristement historique.

Nous savons ô combien il est difficile d’accepter que des mois de travail puissent partir en fumée en quelques nuits.

À ceux qui ont tout perdu ou presque je veux leur dire que la FNSEA 45 se tient à leurs côtés et que nous travaillons avec la chambre d’Agriculture pour rapidement évaluer les pertes et les remonter auprès des pouvoirs publics.

Néanmoins, ces aléas climatiques à répétition doivent interpeller décideurs et citoyens sur la difficulté de notre métier. Déjà soumise à des tempêtes administratives et réglementaires, la profession doit composer avec les caprices de dame Nature.

L’État et plus particulièrement la Région ont compétence pour abonder un fonds d’accompagnement aux risques climatiques.

Les pouvoirs publics doivent prendre conscience des menaces auxquelles les agriculteurs sont confrontés toute l’année. Gel, sécheresse, inondations ou grêle sont autant d’aléas devant lesquels l’agriculteur ne doit plus se retrouver seul. 

Le gouvernement a enclenché le régime de calamités agricoles en faisant des annonces très rapides sur le soutien financier qu’il octroiera aux cultures les plus touchées. Il semble avoir pris la mesure de la gravité de la situation en indiquant que les mesures habituelles seront mises en œuvre.

Il s’agit des exonérations de TFNB (Taxe foncière non bâti).

Pour notre département, nous demandons aux pouvoirs publics une mise en place rapide du fonds des calamités agricoles pour les productions qui peuvent y prétendre et aux assureurs une évaluation des pertes pour une indemnisation dans les meilleurs délais.

Le plan de relance permet de soutenir l’investissement dans du matériel de protection contre les aléas climatiques, l’enveloppe est toujours ouverte.

La FNSEA 45 peut accompagner les adhérents qui le souhaitent dans le dépôt de leur dossier.

Nos équipes sont à pied d’œuvre pour garantir le plein accompagnement des pouvoirs publics. Pour ne pas relâcher la pression, la FNSEA CVL a mis en ligne un questionnaire d’enquête afin de mesurer au mieux l'ampleur réelle des conséquences sur les cultures.

Les réponses permettront d’agrémenter nos demandes et de rendre compte de la catastrophe agricole 2021. 

Plus que jamais, la FNSEA 45 reste pleinement mobilisée et se tient à vos côtés dans cette épreuve que nous affronterons ensemble.

Photo : archive

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Horizons

Les plus lus

Dès le redémarrage de l'usine, l'entreprise proposera de multiples produits issus de la transformation du chanvre.
Prête pour un redémarrage au printemps, Gâtichanvre cherche des producteurs
Reprise à l'été 2021 par un agriculteur et entrepreneur eurélien, l'entreprise essonnienne Gâtichanvre devrait redémarrer d'ici…
Le 25 octobre, à Ouarville. Pour Alexandre Besnard, les débuts ont été difficiles mais la fin de saison ouvre de belles perspectives à La Tomate des frères Besnard.
La Tomate des frères Besnard est bien lancée
Pour faire le bilan de la première saison d'activité de La Tomate des frères Besnard, nous rencontrons Alexandre Besnard le 25 …
Sécheresse et chaleur ont engendré une baisse de la production d'oignons en Beauce. Sans irrigation, la situation aurait été catastrophique.
Oignons : des rendements en retrait mais l'irrigation sauve la récolte en Beauce
Pour faire le point sur la campagne oignons qui s'est achevée début octobre, nous rencontrons le président-directeur général de…
À Cergy (Val-d'Oise), lundi 28 novembre. De gauche à droite, Vincent Hornet, Audrey Chantepie et Florian Léchaudé décrivent leur quotidien difficile.
Les producteurs de la plaine maraîchère de Cergy en plein désarroi
Le long de l'Oise, la plaine maraîchère de Cergy (Val-d'Oise) compte huit producteurs qui exploitent environ 80 hectares. Depuis…
Afin d'offrir un abri à la faune sauvage, Philippine Allard a planté du Sinapis arvensis (moutarde des champs) en bout de champ.
Philippine Allard, cheffe d'exploitation
Agricultrice à Charsonville (Loiret), Philippine Allard veut valoriser la place de la femme dans les exploitations céréalières.
Le broyage de la paille est plus fin qu'avec les broyeurs montés originellement.
Redekop : mieux répartir les pailles et broyer plus fin
Dans notre nouveau dossier Moissonneuses-batteuses, nous proposons un focus (avec vidéo) sur le broyeur du constructeur canadien…
Publicité