Aller au contenu principal

Glyphosate : La FOP entre exaspération et colère

Réunis ce jour en Conseil dʼadministration, les administrateurs de la FOP (Fédération des producteurs dʼoléagineux et de protéagineux) sont unanimes pour condamner avec la plus grande fermeté la volonté des Pouvoirs publics de remettre en cause lʼutilisation du glyphosate.

© Stéphane LEITENBERGER

Oscillants entre exaspération et colère, les administrateurs de la FOP estiment que le non renouvellement de lʼautorisation de mise en marché du glyphosate, facteur pour le moment indispensable à la production, serait une véritable provocation et ce, pour trois raisons majeures :

1) Cela démontrerait que les Pouvoirs publics ne considèrent plus lʼagriculture comme une activité économique essentielle pour notre pays et quʼils ne sont plus prêts à la promouvoir, ce qui est alarmant à lʼheure où se discute le projet de relance européen ;

2) Cela décrédibiliserait  tout le travail de fond conduit depuis des années par les producteurs en lien avec tous leurs partenaires pour sʼorienter vers des modes de production plus respectueux de lʼenvironnement et permettant de produire plus et mieux tout en répondant aux enjeux du changement climatique et du stockage du carbone : lʼagriculture de conservation basée sur des techniques de semis direct serait ainsi condamnée à disparaitre ;

3) Cela remettrait en cause toute une organisation de filière et un schéma de développement créateurs de richesses, dʼemplois et facteurs de cohésion sociale et territoriale.

La FOP rappelle quʼune telle décision ne reposerait sur aucun fondement technique ou scientifique avéré et quʼaucune solution alternative nʼexiste à ce jour. Soucieux de poursuivre leurs efforts en faveur dʼune agriculture résolument durable dans un contexte difficile, la FOP dénonce une approche populiste et dogmatique qui met en péril des entreprises fragilisées.

A lʼissue de ce Conseil dʼAdministration, Arnaud Rousseau, Président de la FOP, a notamment déclaré : « Les propos du Président de la République sur la croissance et la compétitivité sont-ils un mirage pour les entreprises agricoles ? Les producteurs dʼoléoprotéagineux sont prêts à aller de lʼavant en sʼengageant toujours plus pour atteindre le triple objectif de la performance économique, écologique et sociale. Encore faut-il le faire avec raison, méthode et concertation. Agir ensemble est certainement le meilleur gage de réussite pour la ferme France, lʼéconomie nationale et la relance du projet européen. La gestion du dossier glyphosate par les Pouvoirs publics nous démontre aujourdʼhui que nous en sommes très loin ».

Les plus lus

Récolte 2021 : premier bilan
Alors que la récolte s’achève, le président de la Confédération générale des planteurs de betteraves en Centre-Val de Loire,…
Le 15 octobre, à Serazereux. Clara Servain et Simon De Vos se sont lancés dans l'élevage et proposent leurs produits laitiers à l'orée de Chartres.
Du lait produit tout près de Chartres par un jeune couple
Installés à Serazereux, Clara Servain et Simon De Vos proposent des produits laitiers issus du lait de leurs vaches de race kiwi.
Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent implanter un verger de noisetiers.
Noxi fruits, une casserie locale de noisettes
Spécialisée dans la transformation et la conservation des noisettes, Noxi fruits recherche des producteurs qui souhaitent…
Château-Landon, mercredi 27 octobre. Avant d'échanger sur la filière betteravière, l'activité de la Sica* gâtinaise de déshydratation a été présentée à Valérie Lacroute.
Filière betteravière : enjeux et perspectives
La vice-présidente de la Région en charge de l’agriculture et de l’alimentation, Valérie Lacroute, a échangé sur les enjeux de la…
Jeudi 28 octobre, à Monthou-sur-Cher. Les viticulteurs sont venus nombreux pour assister à la journée de démonstration.
Désherbage mécanique : démonstration de matériel
Jeudi 28 octobre, la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher et la Fédération régionale des Cuma de Centre-Val de Loire ont…
Début novembre 2021, récolte du maïs dans le secteur de La Chapelle-sur-Aveyron, dans le Loiret.
Maïs et fourrages : les tensions s’apaisent
Après trois années particulièrement compliquées, la tension sur les fourrages s’apaise et les silos se remplissent. Les…
Publicité