Aller au contenu principal

Godefroy Potin « Chaque agriculteur doit être conscient de l’utilité de l’outil qu’est le Sraif »

Agriculteur à Us en Val-d’Oise, Godefroy Potin vient d’être élu à la présidence du Service de remplacement en agriculture d’Ile-de-France.

Horizons : Vous avez été élu président du Service de remplacement en agriculture d’Ile-de-France (Sraif) lors de l’assemblée générale du 29 avril. Pourquoi avoir accepté cette mission ?

Godefroy Potin : J’ai toujours été très sensible à l’utilité de ce service de remplacement en agriculture car j’en ai bénéficié moi-même au moment où j’ai lancé ma diversification, en compensation de mon engagement syndical. Cela m’a été d’une grande aide et j’ai même conservé aujourd’hui les services de la personne que j’ai rencontrée à ce moment-là. Le Sraif compte une quarantaine d’adhérents. C’est insuffisant. Chaque agriculteur doit être conscient de l’utilité d’un tel outil et tout le monde devrait adhérer. Nous devrions avoir quatre cents cotisations ! Je vais mettre toute mon énergie à développer ce service.

Comment comptez-vous y parvenir ? Je vais d’abord lancer un grand travail de communication pour le faire connaître. Auprès des agriculteurs bien sûr, mais aussi auprès des organisations professionnelles agricoles. Celles-ci sont peu nombreuses à avoir connaissance de ce service et surtout, à savoir qu’elles peuvent y faire appel. Je pense notamment aux coopératives. Il existe déjà des supports de communication, je vais faire en sorte qu’ils soient plus largement diffusés. Peut-être par exemple en créant, comme avec la MSA, un partenariat : en glissant l’information dans les envois de courrier.

Avez-vous d’autres ambitions pour le Sraif ?

Oui, je souhaite que nous adaptions l’offre à la demande. J’entends par là que le Sraif soit en mesure de remplacer l’agriculteur, l’agent de coopérative, celui qui a un mandat syndical... par des personnes dont le profil correspondra aux besoins de sa structure. Nous faisons face aujourd’hui à de plus en plus de contraintes administratives, environnementales... et nous allons faire en sorte de proposer des profils différents qui répondront aux besoins de l’entreprise : apporter une aide administrative, faire des tailles de haies ou, pourquoi pas ?, de la maçonnerie.

Les plus lus

Pierre Bot (Archives)
Pierre Bot : « Saclay : pas besoin de tuer la ZPNAF pour tuer l'agriculture »
Agriculteur à Saclay (Essonne), Pierre Bot est président de la commission Nouvelles formes d'agriculture et administrateur de la…
La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), vendredi 21 mai. À l’occasion du lancement de la carte interactive des producteurs et de leurs points de vente en Île-de-France, les exploitants des Vergers de Champlain ont présenté leur activité, les panneaux sur les cultures de la cueillette, ainsi que le fonctionnement du QR code, qui permet d’obtenir des informations complémentaires.
Lancement d’une carte interactive des producteurs
Une carte interactive recensant les producteurs franciliens et leurs points de vente a été lancée par la chambre d’Agriculture.
Vincent Michelet montre la graine au stade «	germée 2 cm	» dont raffolent les corbeaux.
Appel aux agriculteurs pour réclamer une indemnisation des dégâts de corvidés
En juin, de nombreux agriculteurs constatent, comme à l'accoutumée, que les corbeaux et autres corvidés ont fait des semis leurs…
Le 13 juin, à Châteaudun. L'irrigation est un sujet important mais les animaux sont indispensables à la réussite de Plus belle la campagne.
Plus belle la campagne apporte l'irrigation à Châteaudun
Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir a organisé son opération Plus belle la campagne le 13 juin à Châteaudun, autour du thème de l'…
Le 21 mai, à Sours. Largeur de la bordure, espèces cultivées sur la parcelle, pourcentage de sol nu, espèces qui la composent et leur quantité, rien n'échappe aux élèves de l'Eplefpa de La Saussaye lors de leur diagnostic.
Les bordures de champs de La Saussaye auscultées
Les élèves des parcours agricoles de l'Eplefpa de Chartres-La Saussaye ont effectué, le 21 mai, un diagnostic complet des…
Le 26 mai, à Châteaudun. Jean-François Carenco est venu partager sa vision de la transition énergétique avec le campus Les Champs du possible.
« Accepter le chant du coq et l’odeur du méthane »
La rencontre économique organisée par le campus dunois Les Champs du possible le 26 mai avait pour thème la transition…
Publicité