Aller au contenu principal

Godefroy Potin « Chaque agriculteur doit être conscient de l’utilité de l’outil qu’est le Sraif »

Agriculteur à Us en Val-d’Oise, Godefroy Potin vient d’être élu à la présidence du Service de remplacement en agriculture d’Ile-de-France.

Horizons : Vous avez été élu président du Service de remplacement en agriculture d’Ile-de-France (Sraif) lors de l’assemblée générale du 29 avril. Pourquoi avoir accepté cette mission ?

Godefroy Potin : J’ai toujours été très sensible à l’utilité de ce service de remplacement en agriculture car j’en ai bénéficié moi-même au moment où j’ai lancé ma diversification, en compensation de mon engagement syndical. Cela m’a été d’une grande aide et j’ai même conservé aujourd’hui les services de la personne que j’ai rencontrée à ce moment-là. Le Sraif compte une quarantaine d’adhérents. C’est insuffisant. Chaque agriculteur doit être conscient de l’utilité d’un tel outil et tout le monde devrait adhérer. Nous devrions avoir quatre cents cotisations ! Je vais mettre toute mon énergie à développer ce service.

Comment comptez-vous y parvenir ? Je vais d’abord lancer un grand travail de communication pour le faire connaître. Auprès des agriculteurs bien sûr, mais aussi auprès des organisations professionnelles agricoles. Celles-ci sont peu nombreuses à avoir connaissance de ce service et surtout, à savoir qu’elles peuvent y faire appel. Je pense notamment aux coopératives. Il existe déjà des supports de communication, je vais faire en sorte qu’ils soient plus largement diffusés. Peut-être par exemple en créant, comme avec la MSA, un partenariat : en glissant l’information dans les envois de courrier.

Avez-vous d’autres ambitions pour le Sraif ?

Oui, je souhaite que nous adaptions l’offre à la demande. J’entends par là que le Sraif soit en mesure de remplacer l’agriculteur, l’agent de coopérative, celui qui a un mandat syndical... par des personnes dont le profil correspondra aux besoins de sa structure. Nous faisons face aujourd’hui à de plus en plus de contraintes administratives, environnementales... et nous allons faire en sorte de proposer des profils différents qui répondront aux besoins de l’entreprise : apporter une aide administrative, faire des tailles de haies ou, pourquoi pas ?, de la maçonnerie.

Les plus lus

Francis Tremblay
Le maraîcher Francis Tremblay nous a quittés
Le maraîcher francilien Francis Tremblay est décédé le 5 février à l'âge de 62 ans.
Circuits courts : des étudiants en mode projets
Dans le cadre de leur BTS au lycée agricole Sully à Magnanville (Yvelines), vingt-sept étudiants planchent sur les circuits…
Les Graines de mon village d’Ocquerre
Une graineterie, telle est la diversification développée par Hervé et Bruno Gautier, polyculteurs à Ocquerre (Seine-et-Marne).
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson série 8S sont arrivés
Les nouveaux tracteurs Massey-Ferguson de la série 8S sont arrivés dans les différentes bases des établissements Allezy.
Taurillons charolais
« Osons l’élevage » dans le Loiret : le projet est lancé
Plus de trente acteurs de l’agriculture du Loiret se fédèrent autour de la chambre d'Agriculture et de la coopérative Alysé pour…
Colza bas GES : une valorisation qui profite aux agriculteurs
Le groupe coopératif Scael a proposé à ses adhérents en 2020, des contrats pour valoriser au mieux du colza certifié bas GES…
Publicité